Le commandant en chef de la marine russe, l’amiral Vladimir Vysotsky, a témoigné devant la cour martial qui juge les événements survenus à bord du sous-marin nucléaire Nerpa.

L’amiral Vladimir Vysotsky a témoigné pour l’accusation lors de l’audience qui a eu lieu le 15 aout. L’amiral a répondu à des questions concernant la préparation du sous-marin pour la sortie d’essai. L’amiral est allé dans le sens de la défense, indiquant que tous les sous-mariniers du sous-marin Nerpa et à terre, avaient agi selon leurs responsabilités, et que les questions concernant l’état du sous-marin étaient de la responsabilité du chantier naval.

« Il n’y a eu aucun abus de pouvoir dans les actions du commandant du sous-marin, » a confirmé l’amiral Vladimir Vysotsky.

Selon l’amiral, des experts civils qui étaient à bord du sous-marin pendant la tragédie, auraient pu activer le système d’extinction des incendies qui a entrainé l’envoi de gaz mortels dans certains compartiments. « Les défauts cachés n’ont pas été complètement découverts par l’équipage d’essai, et le commandant ne doit pas être directement accusé de cela, » a indiqué l’amiral Vysotsky. « Le commandant est responsable de la préparation générale, et pas des actions particulières d’une certaine personne, » a poursuivi l’amiral.

Interrogé sur les possibles causes de la tragédie, le commandant en chef de la marine russe a reconnu que cela pourrait être une erreur humaine. Selon l’amiral Vysotsky, n’importe laquelle des 208 personnes qui se trouvaient à bord du sous-marin le jour de l’accident, aurait pu déclencher le système d’extinction incendie.

La veille, l’ancien vice-commandant en chef, l’amiral Mikhail Zakharenko avait aussi soutenu le commandant du Nerpa, le capitaine de 1er rang Dmitry Lavrentiev et l’ingénieur Dmitry Grobov.

D’anciens commandants de la marine russe, les amiraux Vladimir Kuroyedov et Vladimir Masorin, qui devaient témoigner, ont été excusés pour raison de santé.

Les témoins de la défense ont comparu à partir du 16 aout, il s’agit des chefs de service du sous-marin.

L'analyse de la rédaction :

Le parquet de la Flotte du Pacifique a démenti ces informations.

Référence :

RusNavy (Russie)