• Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 12 octobre 2018.

Florence Parly, ministre des Armées, a présidé la cérémonie de la 500e patrouille d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), jeudi 11 octobre, à la base opérationnelle de l’Île Longue, sur la presqu’île de Crozon (Finistère). Avant de visiter la base de Landivisiau, la ministre a prononcé une allocution devant les autorités civiles et militaires. « C’est la souveraineté (...)

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 1020
  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 12 novembre 2018.

Les commémorations du centenaire du 11-Novembre en Loir-et-Cher ont vu débarquer les sous-mariniers de la FOST (Force océanique stratégique), une partie des équipages rouge et bleu du SNLE Le Terrible. La veille, Nicolas Perruchot président du Département avait signé officiellement le parrainage de ce bâtiment de la Marine nationale, en présence des deux commandants, (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 12 novembre 2018.

Le Loir-et-Cher est le troisième Département de France à parrainer un sous-marin nucléaire lanceur d’engins, après la Haute-Marne pour Le Téméraire et la Vendée pour Le Vigilant. La collectivité n’a pas choisi le bâtiment qui lui a été affecté. Chaque parrainage se déroule dans le cadre fixé par l’Association des villes marraines des forces armées (AVMfa). Retrouvez l’article (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 26 octobre 2018.

Ni maquette, ni vue d’artiste, ni image 3D… Le salon Euronaval, qui se tient actuellement au Bourget, n’a pas permis de lever le voile sur le programme français de sous-marin nucléaire lanceur d’engins de troisième génération (SNLE 3G). Initié en 2011, celui-ci reste donc un secret bien gardé. Quatre bâtiments doivent être construits par Naval Group à Cherbourg pour (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 23 octobre 2018.

« Libération » a passé vingt-quatre heures à bord du « Casabianca ». Quatre mois par an, quelque 80 membres d’équipage vivent à huis clos dans ce sous-marin nucléaire d’attaque de 90 mètres carrés habitables. Dans l’ombre, il veille sur les eaux internationales. Retrouvez l’article sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 22 octobre 2018.

C’est finalement en 2023 que la construction du premier des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français de troisième génération (SNLE 3G) devrait débuter. Celle-ci se déroulera sur le site Naval Group de Cherbourg, qui a lancé son dernier SNLE, Le Terrible, il y a 10 ans. Avant cela, l’industriel, qui travaille depuis plusieurs années déjà sur ce programme (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 16 octobre 2018.

Le mercredi 17 octobre 2018 à 14h00, le vice-amiral d’escadre Bernard-Antoine Morio de L’Isle, commandant les forces sous-marines et la force océanique stratégique, fera reconnaitre le capitaine de vaisseau Jérôme Hallé comme commandant de l’escadrille des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (ESNLE). Il succède ainsi au capitaine de vaisseau Christian Houette. (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 16 octobre 2018.

Le Sous-marin Nucléaire d’Attaque (SNA) Améthyste a mené, avec la frégate multi-missions (FREMM) Bretagne, des exercices avec les forces de surface et les avions de patrouille maritime américains et canadiens. Déployé en Atlantique Ouest, le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Améthyste a fait surface au large des côtes américaines pour traverser la baie de Chesapeake et (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 13 octobre 2018.

L’Améthyste était arrivé à Halifax le 5 octobre et devait repartir jeudi dernier. Mais ce départ a été annulé en raison des mauvaises conditions météorologiques, de même qu’une autre tentative d’appareillage vendredi après-midi. Les restes de l’ouragan Michaël rendent tout départ trop dangereux. « Les autorités du port ont décidé de leur demander de rester en raison des (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 11 octobre 2018.

En patrouille, le SNLE est en opérations en permanence, ce qui implique une vigilance de tous les instants. Il doit rester indétectable et doit, pour cela, compter sur ses propres capteurs et l’analyse des informations tactiques qui lui sont envoyées. En patrouille, le SNLE est seul et n’a pas d’alliés. Il doit être prêt à exécuter l’ordre présidentiel, ce qui implique (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 11 octobre 2018.

Cet anniversaire a une double signification : d’une part il marque la fierté du travail accompli durant plus de 45 ans de présence ininterrompue à la mer et, d’autre part, il représente une incitation à poursuivre notre mission avec détermination. Il est aussi l’occasion de rendre hommage à tous ceux qui ont œuvré pour assurer cette permanence à la mer, qu’ils soient (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 11 octobre 2018.

Au moment où certains prenaient cet été un repos légitime, les 109 marins de l’équipage bleu du Terrible effectuaient la 500e patrouille d’un SNLE, assurant la permanence à la mer de la dissuasion. Cette permanence est la traduction concrète d’une volonté politique, exprimée sans discontinuité par tous les présidents de la République, depuis le général de Gaulle jusqu’au (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 11 octobre 2018.

Il y a 46 ans, le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), Le Redoutable, appareillait pour sa première patrouille, le 28 janvier 1972. Et ce jeudi 11 octobre, la force océanique stratégique (FOST) célèbre, à l’Île Longue (Finistère), la 500e patrouille de SNLE : « La 500e patrouille ! La vache ! J’ai fait la 200e ! s’exclame le Brestois Michel Ferrane, (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 11 octobre 2018.

La ministre des Armées, Florence Parly, est attendue jeudi matin, à l’Île-Longue, pour célébrer la 500e patrouille d’un sous-marin nucléaire de la force de dissuasion. Quarante-six années d’une mission ininterrompue réalisée avec la même exigence et une rigueur absolue ! 500 patrouilles sans incident majeur, accident ou décès, pour une performance enfin mise en lumière. La (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 2 octobre 2018.

Le lundi 24 septembre, le vice-amiral d’escadre Bernard-Antoine Morio de l’Isle, commandant des forces sous-marines et de la force océanique stratégique (ALFOST) s’est rendu à Norfolk aux Etats-Unis. A cette occasion il a rencontré son homologue américain, le Vice-Amiral Charles Richard, commandant des forces sous-marines des Etats-Unis (COMSUBFOR) à bord du sous-marin (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 11 octobre 2018.

Un peu d’histoire : le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français (SNLE), le Redoutable a appareillé pour sa première patrouille le 28 janvier 1972. Celles-ci duraient de 55 jours de mer au début à 75 jours à la fin de sa carrière (photo Marine nationale). Retrouvez l’article sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 21 septembre 2018.

Le lundi 24 septembre 2018 à 11h00, le contre-amiral Antoine Lecoq, adjoint au commandant des forces sous-marines et de la force océanique stratégique, fera reconnaitre le capitaine de vaisseau Olivier Burin des Roziers comme commandant de l’équipage rouge du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Vigilant. Il succède ainsi au capitaine de vaisseau Rémi Thomas. (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 18 septembre 2018.

Lundi à La Seyne sur Mer, une cérémonie a marqué la reconstitution de l’équipage rouge du sous-marin nucléaire d’attaque Rubis et sa prise de commandement par le capitaine de frégate Pierre Leroy. Dissous il y a quelques mois lors de l’entrée du sous-marin en ATM (arrêt technique majeur), l’équipage a été reconstitué ce lundi afin de pouvoir prendre en charge les opérations (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 18 septembre 2018.

Cinq sous-marins nucléaires de première génération vont être déconstruits sur le site de Cherbourg. La première coque, celle du Tonnant, est entrée la semaine dernière dans le bassin de Naval Group où les opérations de dépollution et de désamiantage ont commencé. Retrouvez l’article sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 10 septembre 2018.

La marine nationale, qui doit sans cesse s’adapter aux menaces, est en train de mettre au point une nouvelle génération de sous-marins nucléaires d’attaque. En effet, le Barracuda est en cours de construction à Cherbourg, sur le chantier de Naval Group. Ce programme est développé dans la plus grande confidentialité. Retrouvez l’article sur le site du (...)

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 1020