Une délégation s’est rendue en Extrême-Orient russe pour établir les faits à la suite d’un accident à bord d’un sous-marin russe qui devait lui être loué, alors même que le chantier naval accuse les défaillances internes du panneau de contrôle central du sous-marin.

Ils ont aussi indiqué qu’un "travail sérieux" était nécessaire pour faire fonctionner son système d’extinction des incendies.

"Une nouvelle modification du panneau de contrôle central ’Molibden’ est essayé à bord du Nerpa, pour la version indienne. Il s’agit d’un système ’mal fini’, qui même auparavant a déjà connu des problèmes,"a déclaré Sergei Stolnikov, un ingénieur mécanicien du chantier naval Amur, au quotidien de la jeunesse ’Komsomolskaya Pravda’.

Une délégation de haut niveau, conduite par le chef d’état-major adjoint de la marine indienne, le vice-amiral Raman Prem Suthan, s’est déplacé pour une mission d’établissement des faits. Le sous-marin nucléaire Akula-II devait être loué à partir de l’été à la marine indienne.

Stolnikov, qui faisait partie de l’équipe d’essai avant livraison du chantier , dont 17 techniciens faisaient partie des victimes, décédées à cause de la diffusion de fréon, croit que le système de contrôle était probablement mal terminé, parce que son concepteur est décédé cet été. Pendant 3 mois, personne ne s’est occupé du système.

"Juste avant de partir pour les essais à la mer, tout le monde pensait que tout était en ordre. Je pense que, le 8 novembre, le système d’extinction incendie a été déclenché à cause d’un mauvais fonctionnement de ’Molibden’," a-t-il ajouté.

Dans un entretien à ’Komsomolskaya Pravda’, Gennady Bagin, directeur de l’usine ’Vostok’, une filiale du chantier Amur, a déclaré que "Molibden-I" (I pour version indienne), qui est un système de contrôle centralisé de tout le bâtiment, exige de sérieuses améliorations, en particulier son système d’extinction des incendies et les senseurs qui doivent être rendus infaillible.

Un marin de l’équipage a été accusé d’avoir trafiqué un capteur de température du système d’extinction des incendies dans le compartiment des couchettes, conduisant à la mort de 20 personnes et des blessures sur 21 autres. Il s’agissait du pire accident de la marine russe depuis aout 2000, lorsque 118 sous-mariniers étaient morts à bord du Koursk.

"Le panneau des senseurs (du système d’extinction des incendies) n’est même pas recouvert des plaques traditionnelles de protection, qui doivent être brisées avant de l’activer. Au delà de ça, le poste centrale ne peut pas voir si quelqu’un manipule le panneau des senseurs dans les compartiments. C’est un problème de conception et doit être rectifié," a indiqué le responsable du chantier.

Référence :

Times Now TV (Inde)