Le matelot, qui serait à l’origine de l’accident du 8 novembre dernier à bord du sous-marin nucléaire russe Nerpa, est soupçonné d’avoir mal réglé le capteur de température, a indiqué une source proche de l’enquête citée lundi par le quotidien Kommersant.

"Le déchiffrage des enregistreurs de bord a montré qu’un capteur de température était déréglé dans le deuxième compartiment. A un moment donné, la température signalée par le capteur a fortement augmenté, et le système anti-incendie a réagi", précise le journal.

Le quotidien précise qu’au moment de l’incident, Grobov était de quart et que le code d’accès au système de sécurité incendie était écrit au crayon sur le panneau de l’équipement.

20 personnes, dont 3 militaires et 17 civils, ont été tuées et 21 autres blessées dans un accident survenu le 8 novembre à bord d’un nouveau sous-marin nucléaire russe testé en mer du Japon. L’accident est dû au déclenchement automatique du système anti-incendie utilisant du fréon, un gaz extrêmement toxique, selon les premiers éléments de l’enquête.

Le 13 novembre, la commission d’enquête a annoncé l’arrestation du matelot Dmitri Grobov soupçonné d’avoir provoqué le déclenchement du système anti-incendie.

Plusieurs ex-sous-mariniers interrogés par Kommersant mettent en doute la thèse officielle, estimant qu’un matelot ne pouvait pas agir sans l’ordre d’un gradé.

© RIA Novosti