Le Comité d’enquête auprès du Parquet général russe a annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête judiciaire pour "homicide involontaire" contre un matelot qui a reconnu être à l’origine de l’accident meurtrier survenu samedi à bord du sous-marin nucléaire russe Nerpa.

"Un matelot est soupçonné d’avoir enclenché sans raison le système anti-incendie du sous-marin provoquant la mort de 20 personnes et faisant 21 blessés. Il fait l’objet d’une enquête judiciaire pour "homicide involontaire de deux personnes ou plus" en vertu de l’article 109-3 du Code pénal russe", a fait savoir le porte-parole du Comité d’enquête, Vladimir Markine.

Selon M. Markine, le matelot a déjà avoué sa faute et continue d’être interrogé par les enquêteurs. Il risque une peine maximale de sept ans de prison.

20 personnes, dont 3 militaires et 17 civils, ont été tuées et 21 autres blessées dans un accident survenu samedi à bord d’un nouveau sous-marin nucléaire russe testé en mer du Japon. L’accident est dû à l’activation automatique du système anti-incendie utilisant du fréon, un gaz extrêmement toxique, selon les premiers éléments de l’enquête.

Plus tôt, une source proche de l’enquête avait confié à RIA Novosti que le système anti-incendie était en parfait état de fonctionnement, alors que des responsables de la Marine russe insistaient sur l’absence d’incendie à bord du submersible.

© RIA Novosti