Une fausse alarme est à l’origine du déclenchement du système d’extinction incendie à bord d’un nouveau sous-marin nucléaire russe, tuant 20 personnes et blessant 21 autres samedi soir, ont indiqué des responsables de la marine russe.

Selon des experts, le grand nombre de civils présents à bord a probablement été un facteur important du nombre de victimes. L’équipage normal aurait bien mieux réagi lorsque la sonnerie précédant la diffusion du gaz a retenti, a déclaré Igor Kurdin, ancien commandant de SNLE et responsable du club des sous-mariniers de St. Petersbourg.

"Le seul moyen de sauver votre vie dans ces circonstances, indique Kurdin, c’est de mettre correctement et rapidement l’appareil respiratoire de secours."

Kurdin a indiqué qu’il pensait que le gaz diffusé dans 2 des compartiments avant du sous-marin était du Fréon-112.

Normalement, un signal spécifique, sonore et lumineux, précède la diffusion du gaz. Tout l’équipage à bord est supposé mettre des masques à air respirable, ce qui leur donne 30 minutes pour quitter les compartiments touchés ou pour attendre que la zone soit correctement ventilée.

"Les techniciens civils qui se trouvaient à bord étaient peut-être des experts dans leur domaine de compétence, mais je suis certain qu’ils n’étaient pas préparés à faire face à une situation de vie ou de mort," a expliqué Kurdin.

Andrei Frolov, chercheur dans un centre d’études de Moscou, rend en partie responsable le système de détection incendie du sous-marin.

"Le chantier de l’Amur à Komsomolsk-on-Amur essayait ce nouveau sous-marin, le premier construit en 13 ans," explique Frolov. "Rester quasiment sans travail pendant plus d’une décennie n’a pas aidé et a probablement touché l’expertise et la compétence des techniciens, ce qui a pu conduire à ce problème technique.

"Je suis certain que beaucoup n’étaient pas préparés à ce qui est arrivé," ajoute Frolov. "L’accident est arrivé vers 20:30, et une partie de l’équipage et des techniciens étaient peut-être déjà couchés.

"Je suis sûr qu’il y a eu une panique, lorsque les portes des compartiments se sont automatiquement fermées et que le gaz a été diffusé. Pour les techniciens civils, le choc a probablement été trop important pour qu’ils puissent réagir correctement," indique-t-il.

Les civils à bord étaient des spécialistes de St. Petersbourg, où le sous-marin a été conçu ; de Nizhny Novgorod, où le réacteur nucléaire a été conçu ; et de Komsomolsk-on-Amur, où le sous-marin a été construit, explique Frolov.

Référence :

Los Angeles Times (Etats-Unis)