L’US Navy a décidé de ne pas remplacer ses sous-marins nucléaires lanceurs de missiles de croisière (SSGN).

L’US Navy a récemment retirés les 4 sous-marins nucléaires lanceurs de missiles de croisière de la liste des bâtiments de combat dont elle a « actuellement besoin ». Les 4 sous-marins — USS Ohio, USS Michigan, USS Florida et USS Georgia — continueront de naviguer jusqu’à l’épuisement de leur combustible nucléaire au milieu des années 2020, a expliqué un porte-parole de l’US Navy, le Lt. Courtney Hillson. Aucun sous-marin de remplacement ne sera construit.

Les sous-marins avaient été inscrits en 2010 dans l’édition 2010 d’un document intitulé “Structure des Forces des Bâtiments de combat de l’US Navy”. Mais ils ont été retirés de la version mise à jour de ce document, publiée la semaine dernière. Cette version diminue le nombre minimal de bâtiments nécessaires à l’US Navy de 313 à 306. Ils sont actuellement 282.

Le rapport explique que, si la Navy déterminait qu’elle avait besoin des missions accomplies par les SSGN, elle équiperait ses SNA d’une capacité de frappe accrue. Elle a déjà envisagé d’ajouter des tubes de lancement supplémentaires aux futurs sous-marins de la classe Virginia pour compenser la perte des SSGN.

« Avec leur capacité importante de frappe et de guerre irrégulière, ces SSGN contribuent de façon importante aux capacités de combat de l’US Navy, » explique le plan de construction. Mais à cause des couts de construction de 12 nouveaux SNLE, la Navy ne peut se permettre de les remplacer.

Référence :

Kitsap Sun (Etats-Unis)