Le secrétaire à l’US Navy a déclaré que, à l’avenir, des femmes, officiers ou non, seraient affectées sur des sous-marins nucléaires d’attaque.

Alors que la 1ère vague d’officiers féminins subit actuellement la formation nécessaire pour embarquer sur les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) et de missiles de croisière (SSGN) de l’US Navy — leur embarquement est prévu pour novembre prochain —, le secrétaire à l’US Navy, Ray Mabus, a déclaré que des femmes officier marinier devraient aussi avoir l’opportunité d’embarquer sur sous-marin. De plus, officier ou non, des femmes devraient être autorisées à embarquer sur sous-marins d’attaque, pas seulement sur les SNLE et SSGN qui leur sont actuellement ouverts.

L’US Navy « fait ce qui doit être fait pour que des femmes puissent embarquer aussi sur sous-marins d’attaque. Ce sera pour un peu plus tard. La même chose est vraie pour les femmes non-officiers. Nous allons de l’avant afin de leur permettre d’être affectées sur sous-marins. Ces mesures avancent et je ne vois aucun blocage insurmontable. Je ne pense pas qu’il devrait rester des zones interdites aux femmes dans l’US Navy, » a déclaré Mabus mercredi dernier lors d’une rencontre avec des journalistes.

Il n’a pas précisé de calendrier ou indiqué s’il y avait des études en cours afin d’autoriser les femmes à embarquer sur tous les types de sous-marins.

Actuellement, 10 officiers subalternes féminins subissent la formation des futurs officiers sous-mariniers.

Alors que Mabus déclarait que les femmes devraient pouvoir occuper n’importe quel poste dans la Navy, il a abordé sa réticence à autoriser les femmes à devenir SEAL [1].

« A mon avis, les femmes devraient avoir les mêmes opportunités que les hommes dans la Navy », avait-il déclaré le 31 mars dernier. « La seule raison pour laquelle je suis un peu hésitant pour les SEAL, c’est la forme physique qu’il faut avoir pour devenir SEAL. »

Notes :

[1Commando de marine, nageur de combat de l’US Navy.

Référence :

Navy Times (Etats-Unis)