Le Pakistan a reconnu l’existence d’une force de dissuasion nucléaire basée en mer, avec l’inauguration récente de l’état-major du Commandement de la Force Navale Stratégique par le chef de la marine, l’amiral Asif Sandhila.

Un communiqué publié le 19 mai indique que cet état-major « jouera un rôle important dans le développement et l’emploi de la Force Navale Stratégique, » et qu’il était « le gardien de la capacité de riposte nucléaire du pays ».

Mansoor Ahmed, de l’université Quaid-e-Azam, explique que ce n’est rien d’autre que la confirmation de l’existence longtemps soupçonnée d’une version sous-marine du missile de croisière Babur/HATF-VII (Vengeance-VII).

Pour certains analystes, la méthode de lancement pourrait être similaire à celle utilisée pour les missiles Exocet ou Harppon, c’est à dire par les tubes lance-torpilles.

Cependant, d’autres doutent que la marine pakistanaise puisse prendre la responsabilité de la capacité de riposte nucléaire : pour eux, la taille de la force sous-marine pakistanaise est trop petite pour assumer cette tâche.

Le Pakistan dispose actuellement de 2 sous-marins type Agosta-70 et de 3 1990s-era Agosta-90B. Ces derniers sont équipés d’une propulsion anaérobie, ou sont en train d’être modifiés pour en être équipés.

Référence :

Defense News (Etats-Unis)