La presse pakistanaise rapporte que la marine pakistanaise envisage de construire des sous-marins à propulsion nucléaire et que c’est une de ses priorités.

Aucune source n’est citée dans les articles, qui précisent que le 1er sous-marin serait opérationnel d’ici 5 à 8 ans.

Contacté par Defense News, un porte-parole de la marine pakistanaise a indiqué qu’il ne pouvait faire aucun commentaire sur la véracité des articles.

Mansoor Ahmed, de l’université Quaid-e-Azamat d’Islamabad et spécialiste des armes non-conventionnelles et des missiles, pense que les articles sont la conséquence d’une fuite intentionnelle de la marine, et qu’un message pourrait être ainsi envoyé à l’Inde.

« Cette information semble être un message envoyé aux Indiens, qui prennent livraison d’un sous-marin nucléaire loué par les Russes et d’un SNLE classe Arihant , » explique-t-il.

« Le Pakistan fait savoir aux Indiens qu’il est conscient des développement et qu’il prend les mesures nécessaires en réaction. »

Ahmed indique qu’il a des raisons de croire que le Pakistan travaille depuis quelque temps à un système de propulsion nucléaire pour sous-marins, et qu’il disposerait déjà d’une version pouvant être lancée depuis un sous-marin du missile de croisière Babur.

Le Babur est très similaire au Tomahawk. Il pourrait d’ailleurs reprendre certains des technologies du Tomahawk, dont certains exemplaires ont été récupérés par le Pakistan lors des frappes américaines en 1998 sur des camps d’entraînement d’al-Qaida en 1998. Il pourrait être équipé de têtes nucléaires.

Ahmed croit que le Pakistan accélère maintenant la construction de ses propres SNA afin de dissuader l’Inde et de maintenir l’équilibre stratégique dans la région.

Sur le long temps néanmoins, pour assurer la crédibilité de sa dissuasion, Ahmed pense que le Pakistan devrait construire des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins.

Référence :

Defense News (Etats-Unis)