Elaine Donnelly, présidente du Center for Military Readiness, a exprimé sa surprise et son désapointement que l’amiral Mike Mullen, président du Comité des Chefs d’états-major, ait déclaré qu’il soutenait l’affectation de femmes à bord de sous-marins.

"L’amiral Mullen, a déclaré Donnelly, "ne comprend apparemment pas les raisons les plus importantes pourquoi les femmes ne sont pas affectées sur les sous-marins. Le problème n’est pas la propulsion nucléaire, c’est l’air, qui est constamment recyclé. Les niveaux de monoxyde et de dioxyde de carbone ne sont pas dangereux pour des adultes, mais ils induisent un risque élevé de malformation pour les fœtus — en particulier au cours des premières semaines de la grossesse, alors que la femme peut très bien ne pas savoir qu’elle est enceinte."

Elle poursuit, "En allant sans réfléchir vers des sous-marins mixtes, apparemment pour satisfaire les féministes civils et militaires, l’amiral Mullen a fait preuve d’un manque de connaissance affreux des risques pour la santé, et une indifférence inhumaine pour les privations de qualité de vie qui sont déjà suffisamment difficiles pour les sous-mariniers."

"L’amiral Mullen, l’amiral Gary Roughead, Chef des Opérations Navales, et le secrétaire à la Navy, Raymond Mabus, devraient montrer plus de respects pour les femmes de la Navy en prenant le temps de lire l’analyse la plus complète sur ce sujet, un rapport du SAIC intitulé "Evaluation des politiques d’affectation sur les sous-marins". Elle poursuit "L’analyse détaillée du rapport explique les différences saisissantes dans les règles d’habitabilité entre les sous-marins et les bâtiments de surface. Il explique aussi les dilemmes auxquels devront faire face les futurs commandants de sous-marins lorsqu’ils devront choisir entre une évacuation très dangereuse en haute mer d’un marin enceinte, ce qui compromettrait le secret de la mission, et la décision de la forcer à exposer son fœtus à des polluants atmosphériques, connus pour provoquer des malformations."

Donnelly recommande aussi aux militaires de relire la déclaration du contre-amiral Hugh Scott, médecin en retraite de l’US Navy et expert reconnu dans la médecine sous-marine, qui a expliqué les risques pour la santé d’affecter des femmes sur les sous-marins dans une lettre au House Armed Services Committee. Le Dr Scott explique entre autre que des grossesses extra-utérine, qui ne sont pas statistiquement rares, créerait une urgence supplémentaire exigeant une évacuation immédiate et extrêmement dangereuse, parfois au milieu de l’océan.

Elle a ajouté "Les marines britanniques, canadienne et américaine n’affectent pas de femmes sur les sous-marins, d’abord à cause de ces risques pour la santé et les complications opérationnelles. De plus, les règles d’habitabilité sont bien en dessous de celles des navires de surface. Encombrez-les encore plus pour fournir des logements séparés pour les femmes, officiers ou marins,et le moral et la discipline vont en souffrir."

Référence :

Right Side News (Etats-Unis)