Les marins du sous-marin nucléaire polyvalent Nerpa affirment que l’accident qui a fait 20 morts le 8 novembre a été provoqué par une défaillance informatique ayant déclenché le système anti-incendie, et n’est pas dû à l’erreur d’un matelot, écrit mercredi Komsomolskaïa Pravda.

"Les marins penchent pour un bug informatique. Auparavant le système anti-incendie était toujours lancé manuellement sur ordre du commandant. Maintenant tout est électronique. D’ailleurs, l’ordinateur s’était déjà comporté bizarrement en usine. En plus, l’incident pouvait être programmé, en simulant une situation d’urgence. C’est la première fois qu’on utilise un système aussi informatisé d’enclenchement du système anti-incendie", a déclaré Evgueni Ovsianov, technicien sur le sous-marin.

Un lancement spontané du système anti-incendie automatisé s’était déjà produit lors des tests en usine.

20 personnes, dont 3 militaires et 17 civils, ont été tuées et 21 autres blessées dans un accident survenu le 8 novembre à bord d’un nouveau sous-marin nucléaire russe testé en mer du Japon. L’accident est dû au déclenchement automatique du système anti-incendie utilisant du fréon, un gaz extrêmement toxique, selon les premiers éléments de l’enquête.

Le 13 novembre, la commission d’enquête a annoncé l’arrestation du matelot Dmitri Grobov soupçonné d’avoir déclenché le système anti-incendie.

© RIA Novosti


La version anglaise ajoute :

Un additif toxique, le trichlorotrifluoroethane [C2F3Cl3], a été utilisé. C’est moins cher que du fréon pur. Peut-être qu’ils voulaient seulement faire des économies, a déclaré un expert anonyme.

Il ajoute qu’il y a eu des signes clairs d’empoisonnement, qui n’auraient pas été provoqué par du fréon pur : "Les gens s’effondraient comme s’ils avaient été abattus."

Il a déclaré que 46 personnes avaient été hospitalisées, pas 21 comme annoncé officiellement.