La marine chinoise a envoyé un SNLE de la classe Jin (Type 094) dans une nouvelle base près de Yulin sur l’île de Hainan en mer de Chine du Sud, selon une image satellite obtenue par la FAS. L’image montre le sous-marin amarré à un quai près de l’entrée marine d’une installation souterraine.

Un SNLE de la classe Jin amarré à la base de Yulin

On peut aussi apercevoir un quai nouvellement construit, sans équivalent, qui semble être une installation de démagnétisation pour sous-marins.

Une douzaine de tunnels, menant à des installations souterraines, sont visibles sur toute l’étendue de la base.

L’image satellite, qui a aussi été décrite dans Jane’s Defense Weekly, a été prise par le satellite QuickBird le 27 février 2008, et acheté par la FAS auprès de DigitalGlobe.

 L’arrivée du SNLE de la classe Jin

Les dimensions du sous-marin visible sur l’image sont similaires à celles du SNLE de la classe Jin repéré sur la base sous-marine de Xiaopingdao en juillet 2007 et à celles des 2 SNLE du même type repérés au chantier Bohai en octobre 2007.

On estime que la Chine aurait lancé 2 SNLE de la classe Jin pendant qu’un troisième serait peut-être en construction. Les services américains de renseignement estiment que la Chine pourrait peut-être construire 5 SNLE si elle veut disposer d’une dissuasion presque continue en mer. Evidemment, on ignore si la Chine envisage d’utiliser ses SNLE de cette manière.

La base navale de Yulin (Sanya)
Une image satellite achetée après de DigitalGlobe montre un SNLE chinois de la classe Jin à la base navale de Yulin (Sanya) sur l’île de Hainan. D’autres quais se trouvent à l’extérieur du cadre, du côté gauche. Le nord est à gauche.

Le chargement des missiles du SNLE aura probablement lieu à quai sur le quai principal à la gauche de l’ensemble de 3 quais proches les uns des autres, là où le sous-marin est visible, à moins que les installations souterraines soient suffisamment grandes pour permettre de telles opérations hors de la vue des satellites. On ne voit pas encore sur la base de cale sèche suffisamment grande pour accueillir un SNLE ; la base sous-marine de la flotte du Nord à Jianggezhuang a une cale sèche.

 Nouvelle installation de démagnétisation

Nouvelle installation de démagnétisation des sous-marins
Depuis 2005, ce qui semble être une installation de démagnétisation pour sous-marins a été ajoutée à la base.

Une des nouvelles installations les plus intéressantes de la base est ce qui semble être une installation de démagnétisation pour sous-marins. Située au sud de la base et reliée par un quai à une installation située sur une petite île, l’installation de démagnétisation ressemble fortement à celles des bases de SNLE américaines. La démagnétisation est effectuée avant le départ en patrouille pour enlever les champs magnétiques résiduels dans le métal du sous-marin afin de le rendre plus difficile à détecter par d’autres sous-marins et les navires de surface. Il n’y a pas d’installation de démagnétisation à la base de Jianggezhuang, il semble donc qu’il s’agisse d’une nouvelle capacité pour la Chine.

 Installations souterraines

Installations souterraines des bases sous-marines de Yulin et Jianggezhuang
L’entrée de la partie souterraine de la base navale de Yulin (en haut) est plus large d’environ 3 mètres que celle de la base de Jianggezhuang.

La base dispose d’importantes parties souterraines. La plus évidente est un grand portail au-dessus de l’entrée donnant sur la mer de ce qui est probablement une installation souterraine. L’entrée semble être plus large de 3 mètres qu’une entrée similaire à la base navale de la flotte du Nord à Jianggezhuang.

Bien que l’intérieur de la partie souterraine soit inconnue, elle comporte probablement un canal d’au moins la longueur d’un sous-marin ainsi que des bâtiments pour la manutention ou le stockage de matériel et des chambres pour le personnel.

Les tunnels à la base navale de Yulin
Au moins une douzaine de tunnels menant à des installations souterraines sont visibles. Certains d’entre eux, du côté est de la montagne abritant la base sous-marine, sont très hauts comme semble l’indiquer leurs ombres.

Directement de l’autre côté de la montage, on trouve plusieurs entrées qui pourraient être reliées à l’installation souterraine, bien qu’on ne puisse pas en être sûr. Deux de ces entrées semblent, grâce à leur ombre, être des structures très hautes.

 Quelques implications

La base de SNLE sur l’île de Hainan sera probablement considérée comme une réaffirmation des ambitions de la Chine de développer une dissuasion maritime. Jusqu’à quel point la marine chinoise sera capable d’utiliser les SNLE d’une façon qui importe stratégiquement est une autre question. Le premier SNLE de la Chine, le Xia, a été un échec et n’a jamais effectué de mission de dissuasion opérationnelle. Par conséquent, la marine chinoise n’a virtuellement aucune expérience tactique dans la manière d’utiliser des SNLE en mer. Pourtant, l’arrivée du Jin et l’installation de démagnétisation sur l’île de Hainan montrent qu’ils essayent.

La localisation de la base est importante parce que le gouvernement indien a déjà souligné la menace future venant de SNLE chinois naviguant en mer de Chine du Sud ou en océan Indien. L’arrivée du SNLE de la classe Jin à Hainan va probablement aider l’Inde à faire avancer son propre programme de SNLE. Pour la Chine, faire naviguer un SNLE dans l’océan Indien et le faire naviguer là d’une façon significative, sera cependant très difficile et dangereuse en cas de crise. Les SNLE chinois resteront plus probablement près de leurs eaux territoriales.

La base de l’île de Hainan est proche des eaux profondes et certains analystes estiment que cela est plus utile pour des patrouilles sous-marines que des opérations depuis la base de la flotte du Nord à Jianggezhuang. Bien sûr, si l’eau est trop peu profonde pour que le sous-marin puisse plonger, cela va limiter les opérations, mais l’eai profonde n’est pas — contrairement à ce qu’on pourrait croire — nécessairement un avantage. Les sous-marins militaires ne sont pas conçus pour plonger à plus de 400 à 600 mètres, donc les grandes profondeurs océaniques n’ont pas grand intérêt. L’US Navy a suivi pendant des décennies les SNLE soviétiques en haute-mer ; les eaux peu profondes représentent beaucoup plus un défi. Et la mer de Chine du Sud est une zone de navigation régulière pour les sous-marins américains, qui peuvent accéder sans limite aux eaux situées autour de l’île de Hainan.

Référence :

Federation of American Scientists (Etats-Unis)