La collision d’un sous-marin d’attaque Indien, l’INS Sindhugosh, avec un gros cargo étranger en mer d’Arabie survenue lundi dernier, aurait pû conduire àun désastre majeur et àla perte du sous-marin.

Si un sous-marin se trouve en détresse en plongée, ou coule au fond de la mer, la marine Indienne n’a tout simplement pas les moyens de secours adéquats pour secourir les marins bloqués.

Un projet d’achat de 2 DSRV [1], qui avait été accepté par le gouvernement en novembre 2002, n’a toujours pas été concrétisé.

Même la mesure temporaire établie par un contrat de 1997 avec l’US Navy pour son service "global submarine rescue fly-away kit", pour lequel l’Inde a effectué un premier versemement de 734.443 US$ (496.513 €), n’est toujours pas complètement opérationnel.

Heureusement, tous les marins de l’INS Sindhugosh sont sains et saufs. Le cargo de 41.880 tonnes Leeds Castle a seulement heurté le sous-marin, qui se trouvait à l’immersion périscopique soit 5 à 7 m, au large de l’île de Diu le 7 janvier vers 13 heures 30.

"Le sous-marin se trouvait à environ 140 nautiques au nord-ouest de Mumbai pour un exercice de grande ampleur avec d’autres navires de guerre. Il faisait probablement surface lorsque le cargo est passé au-dessus," a indiqué un officier.

"Le sous-marin est rentré mercredi matin à Mumbai par ses propres moyens. Une commission d’enquête a été formée sur l’accident. Les mâts (périscope, radar et antennes de communication) et le pont ont été endommagés mais la coque ou l’étanchéité n’ont pas été affectées," a-t-il ajouté.

L’incident de l’INS Sindhugosh provoque un gros embarras pour la marine Indienne. Le dernier accident majeur d’un navire de guerre a été le naufrage de la corvette lance-missile INS Prahar en avril 2006 près de la côte de Goa après une collision avec le cargo MV Rajiv Gandhi.

Même s’il est vrai que les opérations sous-marines sur la côte Ouest de l’Inde sont rendues difficiles par l’intense navigation commerciale et par des eaux relativement peu profondes en comparaison de la côte Est, ce dernier incident semble indiquer une sérieuse erreur de jugement. L’INS Sindhugosh, commandé actuellement par le commander Narendra Kumar, a été le premier des sous-marins de la classe Kilo mis en service en 1986.

Il a subi en 2005 une modernisation importante en Russie, au cours de laquelle il a été équipé du missile de croisière Klub-S, ainsi que de nouveaux sonars, de systèmes de guerre électronique et de systèmes de contrôle des armes automatisés.

Il fait partie des 5 sous-marins, sur les 16 que compte la flotte sous-marine Indienne, à être armés de missiles de croisière. Alors même que la marine Indienne prévoit de renforcer sa flotte sous-marine avec la mise en service de 6 sous-marins Scorpène en 2012 et 2017, elle continue d’avoir des installations de sauvetage primitives.

Cela pourrait se révéler fatal pour un sous-marin en détresse comme l’a rappelé l’accident du sous-marin nucléaire Russe Koursk dans la mer de Barents en août 2000, qui a conduit à la lente morte des 118 marins à bord.

Notes :

[1Deep-Submergence Rescue Vessels.

Référence :

The Times of India