En juin dernier, la procureure de la République de Quimper, Anne Kayanakis, avait souligné que l’affaire du Bugaled-Breizh, chalutier bigouden coulé en Manche le 15 janvier 2004, serait close « dans les mois qui viennent », avec un probable non-lieu. Les parties civiles, réunies hier au Guilvinec (29), ne l’entendent pas ainsi et demandent, notamment, au juge Richard Foltzer d’entendre Michèle Alliot-Marie, àl’époque ministre de la Défense.

L’article est disponible sur le site du journal.

Référence :

Le Télégramme