Historiquement, la musique militaire consista d’abord en sonneries de trompettes et en batteries de tambour, servant à transmettre les ordres, non seulement au combat (sonneries et batteries guerrières ou de manœuvre), mais également en garnison (sonneries et batteries de quartier), ainsi que dans les cérémonies officielles, militaires ou civiles (sonneries et batterie du cérémonial).

Dans la Marine Nationale, les sonneries et batteries furent d’abord jouées au tambour et au fifre, ce dernier étant ensuite remplacé par le cornet, puis, à partir de 1831, par le clairon.

Les sonneries et batteries actuellement en vigueur ont été codifiées par l’Instruction ministérielle du 18 juin 1912 sur les batteries et sonneries (Commune à toutes les armes), remise à jour en 1958 (op. cit., Lavauzelle, Paris, 1958).

 Sonneries du cérémonial militaire

Les sonneries et batteries du cérémonial militaire prennent place dans les cérémonies officielles, militaires et parfois civiles, commémoratives ou non, ainsi que dans les prises d’armes. Le choix des sonneries et l’ordre dans lequel elles sont jouées est fixé rigoureusement par des textes officiels établis par l’état-major, et a été publié au Journal officiel (JO) sous le titre : Cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires, 13 septembre 1989 (I.S.B.N. : 2-11-072705-5).

 Les sonneries de clairon en usage dans la Marine Nationale

La Marine est la seule armée où les sonneries de quartier soient encore largement en usage. Ce sont les sonneries réglementaires de clairon, mais une signification particulière leur est donnée selon les activités propres à la vie sur un bateau. On peut distinguer, parmi ces sonneries marinières, les appels, les mouvements du bord, enfin celles qui sont utilisées dans les dépôts.

 Les sonneries de combat ou de manœuvre

Outre les sonneries du cérémonial et les sonneries de quartier, il existe bien entendu des sonneries de manœuvre et de combat. Celles-ci servirent sur le champ de bataille pour transmettre les ordres.

Source : extraits du site du Ministère de la défense

 Les sonneries réglementaires

TitreSignification
Branle-bas du matin Dans la marine du XVIIè siècle, un branle est un hamac. Chaque matin, les branles étaient roulés le long du pont supérieur. De nos jours, réveil.

Petit déjeuner de l’équipage
Aux postes de propreté Chaque matin, le personnel non de quart effectue la propreté de tous les locaux du bâtiment, y compris les extérieurs.

Dégager des postes de propreté Indique la fin du poste de propreté.

Assemblée L’équipage est rassemblé chaque jour lorsque le bâtiment n’est pas en mer. Cette cérémonie permet de faire l’appel et de donner les principales activités du jour. La cérémonie des couleurs suit généralement immédiatement.

Garde à vous
Attention pour les couleurs Une minute avant la cérémonie des couleurs. Tout le personnel doit se mettre au garde à vous.

Au drapeau Pour rendre les honneurs aux drapeaux des unités ainsi que lors de la cérémonie des couleurs (8 heures du matin et coucher du soleil, 20 h au plus tard).

Aux postes d’entretien A la fin de la cérémonie des couleurs, l’équipage effectue ses taches normales.

Rapport des chefs de service
Les rations Repas avancé destiné au personnel de quart pendant le repas normal.

Déjeuner - dîner
Dégager A quai ou à terre, à la fin de la journée normale, lorsque le personnel n’est pas de permanence, il peut rentrer chez lui.

Levez-vous
A la disposition des chefs de services
Permissionnaires à se changer Les permissionnaires sont le personnel non de permanence qui peut rentrer chez lui à la fin de la journée normale. Cette sonnerie est diffusée après le dégager pour indiquer que le personnel peut se changer.

Canot major dans un quart d’heure Le canot-major est le canot réservé aux officiers.

Canot major dans 5 minutes
Canot major paré
Permissionnaires à l’appel
La messe
Branle bas du soir
Rappel aux postes de combat Le poste de combat permet de mettre en oeuvre l’armement du bâtiment.

Rompre des postes de combat
Premier tiers aux postes de veille Le poste de veille est la situation normale à la mer. L’équipage est réparti en 3 tiers qui assurent successivement la manoeuvre du bâtiment.

Deuxième tiers aux postes de veille
Troisième tiers aux postes de veille
Poste de sécurité En cas d’incendie, d’accident ou de voie d’eau.

Hommes de porte-voix et de transmissions à leur poste Avant le poste de manoeuvre, on rappelle le personnel chargé des transmissions.

Poste de manoeuvre général Au départ ou à l’arrivée dans un port.

Rompre du poste de manoeuvre
Garde à vous (bâbord) Lorsque 2 navires militaires se croisent, ils se saluent : le personnel présent à l’extérieur se met au garde à vous du coté où se trouve l’autre navire (babord ou tribord).

La Berloque (bâbord) L’autre navire a répondu au salut : le personnel présent à l’extérieur reprend ses tâches.

Garde à vous (tribord)
La Berloque (tribord)
Aux champs de pied ferme Lors d’une prise d’armes ou d’une cérémonie, cette sonnerie sert à rendre les honneurs à l’arrivée des plus hautes autorités.

Rappel de pied ferme Lors d’une prise d’armes ou d’une cérémonie, cette sonnerie sert à rendre les honneurs à l’arrivée des généraux et amiraux 2 et 3 étoiles.

Le ban (ouvrez ou fermez) Lors d’une remise de décoration ou d’une prise de commandement.

Aux morts En hommage aux morts pour la patrie.

Les sonneries sont disponibles avec l’aimable autorisation de Yannick Lebris du site NetMarine.

L'analyse de la rédaction :

1°) Certaines sonneries (exemple : les couleurs) ne sont pas utilisées lorsque le bâtiment est en mer.

2°) En général, les sous-marins n’utilisent pas de sonneries.