Les responsables militaires norvégiens surveillent de près les développements concernant le renforcement de la flotte sous-marine russe du Nord, disent-ils.

« Nous avons assisté à une augmentation significative des activités militaires russes dans la région nord, en particulier lorsqu’on les compare aux niveaux extrêmement bas des années 90, » indique Kathrine Raadim, conseillère politique du ministère norvégien de la défense.

Le premier ministre russe Vladimir Poutine a récemment annoncé que le chantier naval Sevmash de Severodvinsk avait reçu des contrats pour construire de nouveaux sous-marins de la classe Yasen (projet 885M) et développer les SNLE de la classe Borei (projet 955A).

« Je suis certain que la mise en œuvre de ce programme d’armement, sans précédent en termes d’objectifs et de financements, va nous aider à rénover la modernisation de la marine, à créer des forces sous-marines stratégiques comprenant des SNLE de 4è génération, à acheter des bâtiments de surface modernes et à moderniser et réparer les équipements existants, » a déclaré le premier ministre Poutine sur le chantier.

Le contrat, d’un montant de plus de 280 milliards de Roubles (6,7 milliards €), prévoit aussi le développement d’une version “allégée” d’un croiseur lance-missiles similaire au Pierre le Grand, et de moderniser le SNLE Novomoskovsk, classe Delta-IV.

Selon le gouvernement russe, 4.700 milliards de Roubles (112 milliards €) seront dépensés entre 2011 et 2020 « pour une modernisation complète de la marine russe ».

Le Voronezh, sister-ship du Kourskqui avant coulé en 2000, sera aussi remis en service après 5 ans de réparations.

Kathrine Raadim explique que « Ces développements sont dus à l’augmentation graduelle des budgets militaires russes au cours des 10 dernières années, et aussi à l’objectif politique déclaré d’appuyer le statut de grande puissance de la Russie, avec des équipements militaires significatifs, ainsi que d’être en possession d’une force nucléaire stratégique équivalente à celle des Etats-Unis. »

« Nous estimons que les niveaux accrus d’activité devraient aussi être mis dans le contexte du remplacement progressif des matériels militaires vieillissants (y compris les sous-marins d’attaque et lanceurs d’engins), et dans le contexte du besoin d’augmenter l’entraînement afin d’atteindre un niveau opérationnel acceptable. »

La Russie a aussi annoncé qu’elle allait renforcer ses troupes dans la péninsule de Kola, près de la frontière norvégienne.

« Notre évaluation est que l’augmentation de l’activité militaire russe n’est pas dirigée principalement contre la Norvège. Nous allons cependant poursuivre notre surveillance de la région et maintenir notre niveau actuel de préparation militaire, » a conclu Mme Raadim.

Référence :

The Foreigner (Norvège)