Alors que la Chine a commencé les essais à la mer de son premier porte-avions, il pourrait falloir au moins 20 ans à la marine chinoise pour maitriser les opérations en vol d’un porte-avions, compte-tenu de leur complexité.

Voila l’évaluation du contre-amiral Craig Faller, commandant du Carrier Strike Group Three de l’US Navy, donnée pendant un court entretien à bord du porte-avions USS John C. Stennis.

La Chine a commencé le mois dernier les essais à la mer de son premier porte-avions, qui est basé sur la coque de l’ex-porte-avions soviétique Varyag, rachetée à l’Ukraine en 1998.

L’amiral Faller a expliqué que les opérations d’un porte-avions sont très complexes et que « les Etats-Unis effectuent des opérations avec des porte-avions depuis de nombreuses années. »

« C’est très complexe, cela exige beaucoup d’entrainement, beaucoup d’intégration, » a souligné l’amiral Faller, ajoutant « Je ne peux pas parler à la place de la Chine, mais je sais combien de temps et d’effort nous avons mis pour y parvenir. »

« C’est une compétence que nous avons mis des décennies à développer, » a-t-il souligné. L’US Navy dispose de 11 porte-avions.

Outre la Chine, les autres pays ayant au moins un porte-avions ou un porte-hélicoptères sont le Royaume-Uni, la France, la Russie, l’Espagne, l’Inde, l’Italie, le Brésil et la Thaïlande.

Référence :

The Philippine Star (Philippines)