Pour les Scorpène en cours de construction, explique le directeur du chantier naval indien MDL, l’achat d’équipement a posé quelques problèmes dans les premiers stades. « Lorsque nous avons commencé les achats, nous avons réalisé que le montant prévu ne serait pas suffisant pour acheter tout le lot. Donc nous avons contacté le gouvernement avec des chiffres modifiés et avons obtenu son accord. »

Le calendrier modifié prévoit l’admission au service du 1er Scorpène pour 2015, puis des suivants au rythme de un tous les 9 mois. « La livraison du dernier sous-marin est prévu pour septembre 2018. Le premier pourrait prendre un peu plus longtemps que prévu au départ, mais lorsque tout le projet sera terminé, le départ ne devrait pas dépasser 9 mois, » a-t-il déclaré

« L’équipement du 1er Scorpène (câblage et pose de tuyaux) a commencé et le 2è suivra bientôt. Maintenant, nous respectons tout à fait les nouvelles règles contractuelles. Les problèmes de jeunesse sont maintenant loin derrière nous. La fourniture des équipements et de l’armement se déroule normalement, et l’acier vient de France. Mais ironiquement, DCNS, la compagnie qui a conçu le Scorpène, l’achète à ArcelorMittal. »

Pour accélérer la construction des Scorpène, le chantier naval installe un nouvel atelier et une nouvelle plateforme de lancement au chantier voisin, Alcock Yard. « A partir du 4è sous-marin, la construction se déroulera en parallèle sur 2 sites. Ce qui signifie qu’il y aura 2 lignes de construction, qui seront pleinement opérationnelles lorsque la construction du projet suivant commencera. »

Interrogé sur la fuite importante de la cale sèche en juillet dernier qui a conduit à inonder certains éléments du sous-marin, le directeur a répondu que l’inondation n’aurait aucun impact sur la construction. « Nous avons construit un bassin relié à la mer. Ce bassin est aussi relié à la cale sèche de l’East Yard. Lorsqu’il a été asséché pour la construction, nous avons vérifié s’il y avait des fuites. Nous avons maintenant bouché les fuites et l’eau est en cours de pompage. Il n’y aura aucun impact sur la construction des Scorpène, » a-t-il déclaré, précisant qu’il n’y aurait aucune implication sur les couts ou le calendrier.

M. Malhi a indiqué que la fin de la collaboration entre Navantia et DCNS — les développeurs du Scorpène — n’avait pas affecté le chantier. « Nous avons ici des ingénieurs espagnols dans le cadre du transfert de technologies. Ils respectent leurs obligations contractuelles. »

Référence :

The Hindu (Inde)