Les chefs militaires de la Royal Navy se préparent à lever l’interdiction faite aux femmes d’être affectées sur les sous-marins britanniques. La décision interviendrait alors que les inquiétudes sur les risques pour la santé ont été écartées.

Le document, envoyé aux chefs de la Royal Navy par le bureau du vice-chef d’état-major de la Flotte, indique : « L’état-major de la Royal Navy est complètement décidé sur le principe de donner aux femmes les mêmes opportunités qu’aux hommes.

« La Royal Navy doit pouvoir puiser dans le plus vaste réservoir de talents disponible si cela lui permet de maintenir son avantage opérationnel compétitif. »

Les femmes, qui sont 3.400 sur les 36.000 personnels de la Royal Navy, peuvent embarquer sur bâtiment de surface depuis 1990.

Mais le dernier obstacle pour autoriser les femmes à devenir sous-mariniers aura été les craintes que leur santé, en particulier pour les femmes enceintes, puisse être affectée à proximité des réacteurs nucléaires. Mais une étude réalisée par l’Institute of Naval Medicine a désormais conclu qu’il n’y avait pas de risque.

Une source de la Royal Navy explique : « Ce document montre clairement qu’ils prévoient de retirer l’interdiction, peut-être dès l’an prochain. »

Référence :

Daily Mirror (Grande-Bretagne)