Le bureau d’analyses Forecast International prévoit que 111 sous-marins, pour un montant de 106 milliards $, seront construits dans le monde d’ici 2020. Le cout moyen de ces sous-marins sera de 960 millions $, ce qui illustre la complexité grandissante des sous-marins modernes et l’utilisation croissante de la propulsion anaérobie, qui augmente toutes les 2 la facture d’un sous-marin diesel de façon substantielle.

“Sur le long terme, les évolutions constantes de la structure des couts de construction et le nombre toujours croissant de pays intéressés par la propulsion nucléaire des sous-marins, signifie que le cout moyen des sous-marins va continuer à augmenter sur une base annuelle,” explique Stuart Slade, analyste et auteur du rapport.

Le marché des sous-marins est divisé en 3 secteurs. Le premier est le marché des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE). 13 d’entre eux sont en construction ou en commande. Ils représentent 11,7% du marché en nombre d’unités mais 24,5% en valeur. Le cout moyen d’un SNLE est de 2 milliards $ (1,53 milliard €).

Sur le long terme, les marines américaine et britannique étudient des successeurs possibles à leurs SNLE actuels, respectivement les classes Ohio et Vanguard. Le programme britannique est désigné sous le code SSBN(R) ou Successor ; le programme américain, SSBN(X). Les 2 marines ont choisi de conserver le concept traditionnel de SNLE. Cependant, les SSBN(X) et SSBN(R) emporteront significativement moins de missiles que leurs prédécesseurs. Globalement, le secteur des SNLE semble en meilleur forme qu’il ne l’a été depuis longtemps.

Le 2è secteur est celui des sous-marins nucléaires d’attaque (SNA). L’étude prévoit la vente de 27 SNA, représentant 24% du nombre total et 45,7% de la valeur totale des ventes de la période. Le prix moyen d’un SNA est de 1,79 milliard $ (1,37 milliard €). Il est intéressant de noter que le différentiel en valeur entre SNA et SNLE a diminué de manière importante au cours des dernières années.

Le dernier secteur est celui des sous-marins classiques, à propulsion diesel-électrique. D’ici 202, 71 de ces sous-marins seront construits, représentant 64% du total. La valeur représente 30,3% des dépenses totales. Cette année, le cout moyen d’un sous-marin classique a augmenté à 456 millions $ (350,5 millions €).

Référence :

Defense Aerospace