Un pêcheur écossais, le Silver Cloud, se trouvait au large de l’Ecosse, lorsqu’il a dû évoluer pour éviter un sous-marin proche. dans la manoeuvre, ses filets ont été endommagés.

Le Silver Cloud pêchait au large de Kinlochbervie lorsqu’on lui a ordonné de changer de route parce qu’il y avait un sous-marin devant lui.

John MacKenzie a été contraint de changer de route, ce qui a déchiré ses filets tout neufs.

L’exercice Joint Warrior dure depuis 2 semaines.

L’incident est survenu mercredi dernier dans le North Minch.

La réclamation de M. MacKenzie est étudiée par le ministère britannique de la défense.

Ce dernier a indiqué qu’il prend la sécurité au sérieux et que les bâtiments de surface étaient en contact avec les bateaux de pêche et tout sous-marin proche.

Un porte-parole a indiqué que la Royal Navy avait été en contact avec le pêcheur et l’association de pêcheurs Mallaig and Northwest Fishermen’s Association.

M. MacKenzie a expliqué que, lorsqu’au début, il a reçu l’ordre de changer de route, il a répondu que c’était impossible et qu’il n’avait pas le temps de relever ses filets.

Il a ensuite reçu un deuxième ordre dont il dit qu’il était accompagné par un survol d’hélicoptère.

Il semble que le sous-marin soit français.

M. MacKenzie a indiqué qu’il avait demandé une compensation.

L’association Mallaig and Northwest Fishermen’s Association, dont il est membre, a indiqué que de tels incidents sont rares parce que la Royal Navy les tient bien informé de tels exercices.

Ils ont ajouté que cet incident a été provoqué par la météo imprévisible mais que la Navy avait bien géré l’incident.

Le porte-parole du ministère britannique a déclaré : "Nous sommes informés d’une possible réclamation de compensation et si une réclamation est reçu, le récit du pêcheur fera partie de l’enquête pour savoir si une compensation est due.

"Notre priorité à court-terme, cependant, est la sécurité de tous les marins. Les premiers indications montrent qu’aucun sous-marin de l’exercice ne s’est approché à moins de 6.000 yards (environ 6 nautiques) du bateau de pêche."

L'analyse de la rédaction :

Selon nos informations, contrairement à ce qu’annonçait il y a quelques jours l’US Navy, le sous-marin français participant à cet exercice n’est pas le Rubis, mais un sous-marin de la classe "Rubis" (donc, un SNA).

Rectificatif : Cet article a été réécrit pour corriger une erreur de traduction et ajouter les nouvelles précisions apportées par l’article de la BBC. Veuillez nous en excuser.

Référence :

BBC News (Grande-Bretagne)