D’ici la fin de la décennie, l’Inde devrait posséder son propre sous-marin nucléaire. Le projet ATV (Advanced Technology Vessel : navire àtechnologie avancée), destiné àconstruire un sous-marin nucléaire d’attaque pouvant lancer des missiles guidés, est maintenant sur les rails après des années de problèmes techniques et de conception.

"Le premier ATV complètement fonctionnel devrait être prêt pour des essais vers 2007-08. Les problèmes techniques, dont la conception d’un réacteur nucléaire à eau pressurisée (PWR [1]) miniaturisé et de son enceinte de confinement dans la coque du sous-marin, ont été plus ou moins réglés", indiquent des sources de haut niveau.

Ces sources indiquent que les 2 complexes hautement protégés du projet ATV, le chantier naval Visakhapatnam, où la structure de base du sous-marin est fabriquée, et le centre de recherche nucléaire Indira Gandhi à Kalpakkam, où les réacteurs nucléaires sont testés, ont connu ces jours derniers un tourbillon d’activités.

Le projet a été entouré d’un secret épais avant même qu’il ne soit formellement lancé en 1983, les gouvernements successifs niant son existence ou restant délibérément vague à ce sujet.

L’une des raisons réelles du renvoi de l’Amiral Vishnu Bhagwat comme chef d’état major de la marine Indienne en décembre 1998 était ses déclarations publiques d’inquiétudes sur la lenteur des progrès du projet ATV...

En plus de la Marine, qui a utilisé un sous-marin nucléaire loué à la Russie entre 1988 et 1991, toute une série d’agences, depuis le centre de recherche nucléaire de Bhabha jusqu’à l’organisation de recherche et dévellopement de la défense, est impliquée dans ce projet très confidentiel.

La Russie, elle-aussi, fournit une aide technique au projet sous la forme de plans de réacteurs et de sous-marins. Comparés aux sous-marins conventionnels, les sous-marins nucléaires peuvent naviguer sans limitation de temps ou de distance à des vitesses plus importantes, sans faire surface pour recharger les batteries, sans parler d’un éventail d’armes plus large.

Faisant face à une flotte de 16 sous-marins conventionnels vieillissant, et à la décision de renégocier le projet de sous-marins Scorpène pour limiter l’augmentation des coûts, des succès dans le projet ATV peuvent apporter du baume au coeur de la Marine Indienne.

L’Inde, bien sûr, prévoit d’équiper ses sous-marins nucléaires de missiles ballistiques à têtes nucléaires puisqu’ils seraient la plateforme la plus efficace et la plus sûre pour une capacité de deuxième frappe. La Marine est aussi favorable à la location d’un seconde sous-marin nucléaire à la Russie dès que possible pour acquérir les compétences apprises il y a 20 ans, avant que l’ATV ne soit en service.

La plupart du personnel entraîné à l’époque à bord du SNA Russe, un sous-marin de classe "Charlie-I", qui était basé au chantier naval Visakhapatnam, a depuis pris sa retraite.

Notes :

[1pressurised water reactor

Référence :

The Times of India