• Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 3 novembre 2017.

On ne l’apprend qu’aujourd’hui. La ministre a choisi, le 17 octobre, lors d’un CMI, de confirmer la décision de son prédécesseur d’installer à Toulon la maintenance des futurs SNA. Rien d’urgent, au vu des retards pris par le programme, dont le premier exemplaire ne sera plus livré qu’en 2020 (au lieu de 2017). La décision est d’autant plus logique que l’outil industriel de (...)

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120
  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 3 novembre 2017.

On ne l’apprend qu’aujourd’hui. La ministre a choisi, le 17 octobre, lors d’un CMI, de confirmer la décision de son prédécesseur d’installer à Toulon la maintenance des futurs SNA. Rien d’urgent, au vu des retards pris par le programme, dont le premier exemplaire ne sera plus livré qu’en 2020 (au lieu de 2017). La décision est d’autant plus logique que l’outil industriel de (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 15 septembre 2017.

Après une période difficile sur le prototype, le programme des nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque français en arrive enfin à la phase de production industrielle en série. Premier de cette classe appelée à succéder aux actuels Rubis de la Marine nationale, le Suffren, sur lequel l’ensemble des équipements sont maintenant intégrés, doit sortir dans les mois qui viennent (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 15 septembre 2017.

Mis en service en 1983, le sous-marin nucléaire d’attaque Rubis va bénéficier d’un nouvel arrêt technique visant à augmenter légèrement sa durée de vie en attendant l’arrivée du Suffren, tête de série du programme des nouveaux SNA du type Barracuda. Accusant plus de deux ans de retard, le bâtiment, qui sera à mis à l’eau en 2018, doit être livré l’année suivante à la Marine (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 3 juin 2017.

Le 31 mai 2017 à Toulon, l’amiral Christophe Prazuck, chef d’état-major de la marine, a effectué une visite sur le chantier d’accueil des futurs sous-marins Barracuda en présence de la direction du chantier. L’enjeu est d’accueillir six sous-marins nucléaires d’attaque de type « Suffren », là où aujourd’hui, sont accueillis et entretenus les sous-marins de type « Rubis ». (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 23 mai 2016.

Le chef d’état-major de la Marine (CEMM) Bernard Rogel inaugurera le mercredi 25 mai 2016 à Toulon le bâtiment accueillant les simulateurs des futurs sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) du programme Barracuda et commémorera à cette occasion les 100 ans de l’école de navigation sous-marine et des bâtiments à propulsion nucléaire (ENSM-BPN). L’ENSM-BPN forme les marins (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 6 juillet 2015.

L’arrivée d’une nouvelle génération de sous-marins nucléaires Barracuda exige, pour les ports qui les accueillent, des infrastructures adaptées, permettant d’assurer le maintien en condition opérationnelle et le soutien. À la base navale, la pose de la première pierre de cet important chantier s’est faite hier au quai d’armement Est, présidée par l’ingénieur général René (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 11 février 2015.

Entre 2017 et 2027, les sous-marins nucléaires d’attaque type Barracuda (classe Suffren) remplaceront au sein de la marine nationale les SNA actuels de la classe Rubis. Xavier Vavasseur a récemment eu la possibilité unique d’interroger, pour Navy Recognition, l’officier Programme Barracuda sur la prochaine génération de sous-marins de la marine nationale. Navy (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 20 décembre 2014.

Toulon ou Brest ? Le ministre de la Défense avait initialement prévu de trancher d’ici la fin de l’année concernant le port où seraient entretenus les futurs sous-marins nucléaires d’attaque du type Barracuda. Ce ne sera pas le cas. « J’y pense tout le temps, sauf que l’échéance n’est pas maintenant. Je prendrai les décisions concernant l’entretien des Barracuda en temps et en (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 12 décembre 2014.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, devrait très prochainement trancher sur le lieu d’entretien majeur des futurs sous-marins nucléaires d’attaque. Brest ou Toulon ? Pour la députée et présidente de la commission de la Défense, Patricia Adam, l’Île-longue et Brest s’imposent logiquement. L’article est disponible sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 23 octobre 2014.

Stéphane Fauth, directeur de DCNS-Cherbourg, a fait mercredi 22 octobre d’une pierre deux coups. Il s’est présenté à la presse et en a profité pour ouvrir les portes de la nef Laubeuf où est en construction le premier des 4 "Barracuda" commandés par la Marine nationale. L’article est disponible sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 30 septembre 2014.

Initialement prévue en 2013, la commande du De Grasse, quatrième sous-marin nucléaire d’attaque du type Barracuda, a finalement été notifiée à DCNS. Une signature très attendue par l’industriel français, ce programme majeur représentant l’essentiel de la charge de travail de son site de Cherbourg. L’article est disponible sur le site du (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 14 avril 2014.

Nouveau succès pour le missile de croisière naval (MdCN), développé par MBDA pour équiper la Marine nationale : la Direction générale de l’armement a annoncé le 10 avril avoir mené à bien le deuxième tir de qualification de l’engin, le 8 avril dernier, depuis son site de Biscarrosse. Cet essai, représentatif d’un tir depuis une frégate, visait à démontrer des capacités (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 10 avril 2014.

La DGA a réalisé avec succès le deuxième tir de qualification du Missile de Croisière Naval (MdCN) le 8 avril 2014. Ce tir, effectué sur le site de Biscarrosse (Landes) du centre « DGA Essais de missiles », est représentatif d’un tir à partir d’une frégate. Il a notamment permis de démontrer les capacités de vol en haute altitude du missile. L’article est disponible sur le (...)

  • Rédacteur en chef
  • Dernière mise à jour le 12 décembre 2013.

Jérôme Belhomme, technicien à la DCNS, porte d’étranges lunettes. Un peu partout sur le corps, des petites boules blanches qui font office de capteur. A la main, ce qui ressemble à un scanner de code-barre. Avec cet objet, le technicien "coquier" déplace une boite dans les coursives étroites du sous-marin Barracuda. La boite n’existe pas, tout comme le sous-marin. Jérôme (...)