Les scientifiques Indiens vont tester d’ici la fin du mois un missile balistique sous-marin de conception locale, a indiqué vendredi une source officielle.

Cependant, comme la marine Indienne n’a pas de sous-marin pouvant lancer de tels missiles, le lancement d’essai du missile Sagarika, qui est prévu le 24 ou le 25 février, sera effectué depuis une plateforme sous-marine positionnée dans le golfe du Bengale.

"Pour l’essai, une plateforme sous-marine sera immergée par 50 m de fond, à 8 km de la côte," a déclaré une source de l’Integrated Test Range (ITR).

Développé par la Defence Research and Development Organization (DRDO), le missile a été testé 2 fois mais sans succès puisque sa trajectoire a dévié en vol lors des 2 essais.

"Les scientifiques sont plus précautionneux cette fois. Ils ne laissent aucune zone d’ombre pour atteindre le succès," a indiqué la source.

Le succès obtenu l’an dernier avec des missiles anti-missiles balistiques exo-atmosphériques (en dehors de l’atmosphère) et endo-atmosphérique (dans l’atmosphère), comme avec le missile anti-aérien Akash avait encouragé les scientifiques de la DRDO à tester le missile nucléaire Sagarika, d’une portée de 700 km et développé avec une assistance israélienne, a ajouté la source.

Propulsé par un turboréacteur, le missile peut emporter une charge utile de 500 kg. Il mesure 8,5 m de long et environ 1 m de diamètre.

"Ce missile est une variante du Dhanush et un clone modernisé de la version navale du Prithvi. La différence est qu’il peut seulement être lancé depuis un sous-marin," a précisé la source.

Néanmoins, un lancement d’essai en conditions réelles n’est pas pour tout de suite puisque la Russie n’a toujours pas répondu à la demande de la marine Indienne de louer un sous-marin de la classe Akula qui peut lancer des missiles balistiques. Aucun des sous-marins de la marine, que ce soient les Kilo de conception Russe ou les sous-marins HDW de conception allemande, ne peuvent lancer de tels missiles.

Le Sagarika serait comparable avec le missile américain Tomahawk.

L'analyse de la rédaction :

Selon certaines sources, il existerait 2 versions du missile Sagarika : un missile balistique et un missile de croisière. Cela expliquerait la confusion du journaliste qui parle d’un missile balistique puis le compare au Tomahawk qui est un missile de croisière.

Référence :

Sify (Inde)