Les relations entre la Russie et l’Inde sont devenues très tendues depuis que Moscou soupçonne New Delhi d’avoir donné accès à des représentants américains au sous-marin nucléaire russe du Projet 971I, loué par la marine indienne depuis 2011 sous le nom d’INS Chakra. Selon le quotidien Kommersant, l’incident menace de compliquer sérieusement les négociations pour la location d’un 2è sous-marin nucléaire, ainsi que d’autres projets de coopération militaire entre les 2 pays.

Plusieurs sources au sein de l’état russe confirment l’article du journal : les partenaires indiens ont commis plusieurs « actes inamicaux envers la Russie ». D’abord, selon la délégation de l’US Navy a visité le porte-avions Vikramaditya (propriété de la marine indienne mais d’origine russe) et des responsables russes ont été contraints d’émettre une note de protestation. Après un certain temps, une source militaire de haut-rang a déclaré à Kommersant que la délégation américaine se trouvait déjà à bord du Chakra.

La source de Kommersant, travaillant au sein du système de coopération militaire, a qualifié de « scandaleux » le fait qu’une délégation de l’US Navy ait visité un sous-marin russe (à l’intérieur de la base de Vishakhapatnam, attendant des réparations). « Il s’agissait de spécialistes techniques très expérimentés, bien qu’il soit improbable qu’ils aient pu obtenir des renseignements, » a déclaré la source.

Selon le journal, cet ensemble d’incidents peut avoir un impact très négatif sur la coopération militaire entre les 2 pays, qui s’était bien développée au cours des 5 dernières années. Selon plusieurs sources, des structures russes spécialisées préparent des mesures de rétorsion contre leurs partenaires indiens.

« Des conversations très difficiles sont à l’horizon, nous avons beaucoup de questions, » explique une source. Certains de ceux qui ont parlé à Kommersant pensent que, en particulier, les négociations sur la location du 2è sous-marin nucléaire, que la marine indienne prévoyait d’obtenir de la Russie, seront très compliquées.

Référence :

Agence Tass (Russie)