Chris Parry, ancien directeur de la doctrine au ministère britannique de la défense, prétend que les futurs porte-avions de la Royal Navy ont subi tant de réductions de capacité qu’ils ont désormais moins de moyens de base que la marine argentine pendant la guerre des Falklands.

Les avions dont ils seront équipés n’auront pas de capacité de ravitaillement en vol, ce qui serait vital s’ils devaient attaquer des cibles à grande distance ou emporter de lourdes charges de bombe.

« Quand vous pensez que même l’Argentine avait le moyen de se ravitailler grâce à des réservoirs supplémentaires en vol — quand un avion ravitaille un autre pour allonger de moitié son rayon d’action — cela montre à quel point nous sommes revenus en arrière,” explique-t-il.

M. Parry détaille les capacités manquantes dans un article publié par le Royal United Services Institute Journal.

Il soutient que les porte-avions seront incapables de conduire des combats navals à grande échelle et qu’ils devront rester près des côtes pendant les batailles.

Une source du ministère a déclaré : « vous ne voulez pas avoir un éléphant blanc flottant de ci, de là, avec 2 voitures miniatures posées sur le pont. »

Le ministère de la défense a souligné que Parry avait reconnu que les porte-avions « renforceraient les capacités de la Royal Navy. »

« Pour les actions à grande distance, nous nous appuierons sur des capacités de ravitaillement basées à terre, » a ajouté le ministère.

Référence :

Daily Telegraph (Grande-Bretagne)