Un important exercice de lutte contre les mines s’est déroulé le mois dernier dans le golfe Persique et en mer d’Arabie. Cet exercice était conduit par l’US Navy, avec la participation de plus de 30 autres pays. Pendant l’exercice, seulement la moitié des mines d’exercice mouillées ont été retrouvées.

Le résultat peu glorieux de cet exercice très médiatisé — qui n’avait pas été révélé jusqu’ici — souligne la difficulté que peuvent avoir les Etats-Unis et leurs partenaires à détecter et détruire des mines que l’Iran menace de mouiller si ses installations nucléaires sont attaquées.

Sur les 29 mines d’exercice qui ont été mouillées, « je ne pense pas que beaucoup aient été trouvées, » déclaré le capitaine Robert O’Donnell, un ancien directeur de la lutte contre les mines pour l’US Navy. « Et c’est probablement la moitié ou moins. »

Des responsables de la Navy ont cependant indiqué que l’exercice était constructif, expliquant qu’il ne fallait pas se concentrer sur le nombre de mines retrouvées parce que cela donnait une image incomplète.

Avant l’exercice, celui-ci était qualifié de « l’un des plus significatifs et stratégiquement important de l’année. » C’était aussi le plus important exercice de ce type jamais organisé dans la région.

Pouvoir trouver et détruire les mines est d’une importance cruciale pour maintenir la stabilité du prix du pétrole et la croissance économique mondiale.

Si l’US Navy a refusé de fournir des données sur la position des mines, elle n’a pas démenti que moins de la moitié ait été retrouvée. Selon un porte-parole, « l’exercice n’était pas seulement de trouver des mines d’exercice ».

Référence :

PBS (Etats-Unis)