L’Australie envisage d’utiliser des technologies japonaises pour la construction de sa nouvelle flotte de sous-marins. Les 2 pays viennent d’annoncer un accord d’échange de technologies militaires.

Le ministre australien de la défense, Stephen Smith, a confirmé que les systèmes japonais de propulsion de sous-marin étaient bien le type de transfert de technologies que l’accord — dont les détails restent à définir — pourrait prévoir.

L’Australie va dépenser plus de 200 millions $ pour définir les spécifications et l’endroit où seront construits 12 nouveaux sous-marins. Les sous-marins japonais de 4.200 t possèdent de nombreuses caractéristiques très attractives.

Contrairement aux Collins australiens, les nouveaux Soryu japonais ont très bonne réputation, en particulier pour leur système de propulsion. Il leur permet de recharger les batteries sans faire surface, ce qui augmente fortement leur rayon d’action en plongée.

« L’Australie a désespérément besoin de la technologie japonaise pour ses sous-marins, » a expliqué Kosuke Takahashi, un spécialiste de la question.

Le coût des nouveaux sous-marins australiens est estimé à 40 milliards $ et le gouvernement s’est engagé à les faire construire à Adelaïde.

M. Smith a confirmé que les technologies sous-marines avaient bien été évoquées dans les discutions bilatérales avec son homologue japonais, Satoshi Morimoto.

« Nous avons connu depuis longtemps des difficultés pour l’entretien et le soutien des sous-marins de la classe Collins, » a expliqué M. Smith. « Les Japonais ont l’expérience de l’entretien et du soutien de sous-marins classiques. donc, évidemment, évoquer le sujet est quelque chose que nous allons faire. »

Référence :

The Australian