La dernière fois que des sous-marins hostiles étaient apparus le long des côtes américaines, c’était pendant la 2è Guerre Mondiale. En janvier 1942, le U-123 s’était caché au large de New York, et avait commencé à couler des navires. Pendant les 8 mois de cette opération, les sous-marins allemands avaient coulé 233 navires au large de la côte Est et dans le golfe du Mexique.

Désormais, les Etats-Unis sont engagés dans une autre guerre sous-marine, cette fois contre les trafiquants de drogue. Les Coast Guard ont annoncé il y a peu qu’ils avaient intercepté un 30è sous-marin transportant de la drogue — en réalité, un semi-submersible. Au cours des dernières années, les Coast Guard ont intercepté 25 sous-marins dans le Pacifique Est et 4 dans les Caraïbes. C’est mieux que le résultat obtenu par l’US Navy en 1942.

Ces “sous-marins” mesurent généralement 20 m de long. Ils sont construits en fibre de verre et naviguent à quelques m sous la surface, avec de petits moteurs diesel, des contrôles rudimentaires et peu de place pour les 5 ou 6 membres d’équipage. Ils ont un rayon d’action de 3.000 à 6.500 nautiques et avancent à 5 ou 7 nœuds. Ils peuvent transporter jusqu’à 10 tonnes de cocaïne, soit près de 250 millions $. Les Coast Guard estiment que chaque “sous-marin” ne coute pas plus de 1 million $ à construire.

Ce qui inquiète le plus le gouvernement américain, c’est que, si des trafiquants de drogue parviennent à construire ces “sous-marins” avec du matériel bon marché, acheté dans des boutiques de bricolage et de matériel de sport, des terroristes peuvent y arriver aussi. Les côtes américaines, et les fleuves donnent de larges possibilités d’accès à un environnement riche en cibles potentielles.

En théorie, un adversaire déterminé pourrait conduire un de ces engins dans le port d’une ville américaine importante, et provoquer de vastes destructions.

Référence :

Defence Professional (Allemagne)