Le commandant d’un sous-marin australien a démissionné de la marine, et a qualifié la flotte de sous-marins Collins d’obsolètes et de non-viables. Il a ajouté que sous-marins ne naviguent que grâce à la « détermination acharnée des équipages en mer ».

Dans des déclarations qui ont énervé les autorités de la défense, le Commander James Harrap, 20 ans de service, a expliqué que les sous-marins australiens avaient « les moteurs diesel les moins fiables qui aient jamais été construits » et que les tentatives d’améliorer les sous-marins pourraient n’être que du gaspillage parce que leurs performances ne feraient qu’empirer.

« Je ne pense pas que les sous-marins de la classe Collins soient viables sur le long terme. La plupart des projets couteux d’amélioration qui ont été proposés, n’aboutiront qu’à jeter de l’argent par les fenêtres, » a-t-il indiqué dans un compte-rendu écrit de fin de commandement, obtenu par The Weekend Australian.

Le Commander Harrap, qui avait commandé à la fois le HMAS Waller et, jusqu’au mois dernier, le HMAS Collins, a indiqué que : « l’absence d’inventaires des pièces détachées disponibles, l’augmentation du taux de panne des équipements et des sous-marins aux capacités réduites, sont des caractéristiques dont je pense qu’elles persisteront jusqu’au désarmement du dernier exemplaire. »

« Je ne pense pas que nous ayons la capacité de concevoir et construire seuls nos propres sous-marins. »

Les déclarations du Commander Harrap contredisent un message envoyé hier à tous les marins par le chef de la marine, le vice-amiral Ray Griggs, qui a fermement défendu les performances des sous-marins.

Le vice-amiral Griggs s’est dit convaincu que « les efforts continus et concertés visant à améliorer la fiabilité globale » des sous-marins portaient leurs fruits.

« Je suis confiant dans la capacité de la force sous-marine à répondre aux exigences opérationnelles du gouvernement, » a-t-il ajouté.

Le vice-amiral Griggs réagissait à un rapport publié cette semaine par l’Australian Strategic Policy Institute, qui s’interrogeait sur la capacité des sous-marins à accomplir des opérations de combat, compte-tenu de leur passé de problèmes chroniques.

Le Commander Harrap indique que, malgré le manque de fiabilité des sous-marins, il croit que les sous-marins ont « bien servi la marine et accompli beaucoup », y compris des réussites passées sous silence.

Cependant, la majeure partie de son rapport de fin de commandement de 5 pages est très critique des sous-marins.

« Au cours des 2 dernières années, je pense que ces problèmes se sont aggravés, » écrit-il. « Pendant ma période de commandement du Collins et du Waller, aucun des 2 n’a jamais été entièrement opérationnel et, souvent, plus de 50% des défauts identifiés attendaient des pièces détachées. »

Le Collins a constamment été affecté par des défauts fondamentaux de conception, conduisant à une mauvaise fiabilité et à une performance très faible. L’apparition constante de défauts et les limitations opérationnelles rendent difficile le fait de prendre la mer, plus dur celui de rester en mer, et le combat contre l’ennemi est un luxe qui ne sera à notre portée que lorsque les 2 premiers points auront été réglés."

Référence :

The Australian (Australie)