Selon une nouvelle étude, l’Australie pourrait ne pas avoir un seul sous-marin pendant plusieurs années, à une période cruciale dans la région Asie-Pacifique, avec de fortes tensions navales entre des puissances mondiales, dans l’arrière-cour de l’Australie.

Le document, rédigé par l’Australian Strategic Policy Institute, examine l’avenir des 6 sous-marins actuels, classe Collins, et le projet de les remplacer d’ici 2030 par une douzaine de sous-marins améliorés.

Mais, 3 ans après l’annonce du projet, les auteurs soulignent que le gouvernement australien a tellement retardé la prise de décision sur les caractéristiques de ces nouveaux sous-marins, que c’est tout le calendrier qui est menacé.

« Si on s’en tient au projet actuel, un trou de capacités est inévitable entre la fin des années 2020 et le début des années 2030. Pendant cette période, il n’y aura plus aucun sous-marin opérationnel. »

En 2009, le gouvernement a publié Force 2030, un document stratégique détaillant le renforcement de la défense pour répondre aux défis de la région Asie-Pacifique, avec des tensions entre des pays comme l’Inde, la Chine et les Etats-Unis. Ce document prévoyait de remplacer les Collins par une douzaine de sous-marins plus puissants. Mais les caractéristiques de ce nouveau sous-marin n’était pas définie.

Alors qu’aucune décision n’a encore été prise, entre un Collins amélioré, un sous-marin existant à l’étranger et un SNA américain, le rapport explique que l’Australie pourrait se retrouver dans une situation « catastrophique », lorsque les Collins commenceront à être désarmés et que leurs remplaçants ne seront pas encore opérationnels.

Le document s’appuie sur les propres estimations du ministère australien de la défense. Pour ce dernier, le premier nouveau sous-marin pourrait entrer en service entre 2022 et 2034, selon le modèle choisi. Le rapport indique que l’Australie pourrait ne plus avoir que 2 sous-marins à partir de 2027, et aucun entre 2031 et 2033, dans le pire des cas.

Le rapport rappelle que c’est la précipitation dans le développement et la mise au point des Collins, déjà pour éviter un trou capacitaire lors du désarmement de leurs prédécesseurs, qui a conduit aux nombreux problèmes de conception qu’ont connu les Collins. Le rapport suggère que les nouveaux sous-marins pourraient connaitre le même problème.

Les auteurs du rapport indiquent aussi que les Collins connaissent des problèmes continus avec leur maintenance, ce qui soulève la question de savoir s’ils pourront être maintenus opérationnels pendant les 20 prochaines années.

Référence :

The Age (Australie)