Les marines de Grande-Bretagne et des Etats-Unis ont choisi le F-35, le futur chasseur commun avec l’US Air Force, pour équiper leurs porte-avions. Un rapport du ministère américain de la défense révèle que cet appareil connait de graves problèmes de conception.

Un audit du F-35 effectué par le ministère américain de la défense et remis le 29 novembre dernier, a identifié 13 problèmes de conception du “Joint Strike Fighter” (toutes versions confondues) et a remis en cause la décision de lancer la production en masse du chasseur avant que le programme d’essai ait été terminé.

Un problème important a été découvert sur la version F-35C, celle destinée à apponter sur les porte-avions britanniques et américains : la crosse d’appontage qui doit accrocher un des brins d’arrêt pour arrêter l’avion, est placée trop prêt des roues de l’avion. 8 tentatives d’appontage ont été des échecs à cause de ce problème.

« La décision a été prise de modifier l’emplacement de la crosse. Cependant, si ce changement n’est pas réussi, il y a un risque de devoir modifier profondément la structure de l’appareil. Il pourrait aussi y avoir des conséquences sur la signature [radar] globale, » indique l’audit.

Ce problème, ainsi que d’autres qui affectent toutes les versions — affichage “tête haute”, largage rapide du carburant (qui pourrait provoquer des incendies à cause de l’« aspersion de surfaces externes ») et installation d’alimentation intégrée — pourrait avoir des « conséquences importantes », selon le rapport. Un autre problème, classifié, aurait été découvert et rien n’indique que d’autres ne pourraient pas l’être encore.

« Le programme F-35 a découvert et continue de découvrir des problèmes à un rythme qui ressemble à celui des premières études des programmes de développement des précédents avions. Cela remet en cause la maturité estimée de la conception du F-35, qui avait conduit à prendre la décision de lancer la production en masse, » explique le rapport.

L'analyse de la rédaction :

Selon certains journaux britanniques, parmi les défauts constatés, il y a aussi l’impossibilité pour le F-35 de mettre en œuvre les missiles retenus par la Royal Navy.

Référence :

Defense Management (Grande-Bretagne)