Les marines américaine et chilienne ont organisé jeudi un exercice de sauvetage de sous-marin, au large de Point Loma (Californie).

Le sous-marin chilien Carrera s’est volontairement posé sur le fond, par plus de 130 m de fond. Il s’agissait d’une occasion de mettre en oeuvre le Submarine Rescue System de l’US Navy, conçu pour opérer dans des conditions extrêmement difficiles.

« L’US Navy a cette capacité d’aider à secourir des sous-mariniers en détresse, qui pourraient être bloqués à bord d’un sous-marin en plongée, » a déclaré le contre-amiral Bob Kemensky de l’US Navy.

Kemensky a expliqué que l’exercice avait été mis sur pied pour entraîner les personnels de l’US Navy à utiliser cet équipement spécialisé, ainsi que pour former des sous-mariniers étrangers à la manière d’aider les sauveteurs dans leur tache.

La première action après que tout le matériel ait été installé, a été de mettre un plongeur à l’eau, équipé d’une combinaison rigide appelée Atmospheric Diving Suit (ADS), pour descendre jusqu’au sous-marin et évaluer les dégâts.

Lorsqu’il est estimé que la surface du sous-marin peut le recevoir, un module pressurisé de sauvetage est envoyé : il peut remonter 16 sous-mariniers vers la surface. Il est extrêmement important que les équipements utilisés soient pressurisés dans le sauvetage de sous-marins, parce que les sous-mariniers peuvent être dans un environnement soumis à une pression très importante.

« Si vous êtes soumis à la pression d’immersion de plus de 10 m, presque tout le monde souffrira des effets de la décompression. En remontant de 15 m ou plus, la personne secourue meurt sur le pont, » a expliqué William Orr, directeur de l’International Submarine Escape and Liaison Office (ISMERLO).

C’est de l’accident du sous-marin russe Koursk, dans lequel 118 marins sont morts à l’été 2000, que découle la coopération internationale.

Alors qu’il y avait peu de chose que la communauté internationale aurait pu faire pour aider les Russes, les dirigeants mondiaux ont décidé qu’une coopération accrue était nécessaire pour éviter de futurs désastres.

« En cas de sauvetage réel, nous pouvons maintenant nous coordonner au niveau mondial, avec tous les pays ayant des sous-marins et tous les pays qui ont du matériel de sauvetage, » indique Orr.

Les exercices prennent de plus en plus d’importance, puisque 43 pays ont actuellement des sous-marins. Il y a 440 sous-marins opérationnels dans le monde entier.

Référence :

NBC (Etats-Unis)