Les sous-marins australiens de la classe Collins coutent 2 fois plus chers pour leur mise en œuvre que les sous-marins nucléaires de l’US Navy.

Des nouveaux chiffres montrent que les 6 sous-marins australiens de la classe Collins coutent environ 630 millions AUS$ (468,5 millions €) par an, soit 105 millions AUS$ (78,1 millions €) par sous-marin, ce qui en fait les sous-marins les plus couteux qui aient jamais navigué.

Actuellement, seuls 2 des 6 sous-marins de la flotte pourraient accomplir une mission de combat. Et avec un maximum de 3 disponibles à n’importe quel moment, les couts sont encore plus élevés, lorsqu’on les rapporte aux missions accomplies.

Le cout annuel de l’entretien (maintenance et soutien) est de 415,9 millions AUS$ (309,3 millions €) pour 2011-12, et les couts d’opération (carburant, nourriture, salaires et primes, armement) s’élèvent à 213,4 millions € (158,7 millions €).

Par comparaison, un sous-marin nucléaire d’attaque américain, qui est 3 fois plus gros que les Collins, coute seulement environ 50 millions AUS$ (37,2 millions €) par an.

En 2008, l’état-major de la marine australienne, très embarrassé par ces chiffres, a arrêté de mentionner les performances de la flotte sous-marin dans le rapport annuel sur la Défense.

En 2007-08, les chiffres montraient que la flotte n’atteignait que 64% de sa capacité théorique de mission, soit 559 jours de disponibilité réelle.

Référence :

Adelaide Now (Australie)