L’US Navy envisage d’augmenter au-delà de 6 mois la durée normale des missions de ses sous-marins d’attaque en raison de l’augmentation des demandes de mission au moment où la flotte sous-marine américaine diminue depuis la fin de la Guerre Froide, a indiqué le commandant des forces sous-marines américaines.

D’ors et déjà, certains sous-marins d’attaque restent ponctuellement en mission pendant plus de 6 mois — une prolongation qui peut être difficile pour des marins qui vivent dans des espaces confinés avec peu de communication avec l’extérieur.

Le vice-amiral John Richardson a déclaré cette semaine que garder les sous-marins plus longtemps en mission est une des nombreuses possibilités que la Navy envisage alors que le nombre de ses sous-marins d’attaque diminue et devrait continuer de le faire pendant la prochaine décennie et au-delà.

« Nous étudions toutes les possibilités, » a-t-il déclaré. « Comme nous essayons de maintenir le même niveau de présence avec moins de sous-marins, il y a toutes sortes de variables dans cette équation. Une serait d’augmenter la durée des missions. Donc oui, c’est absolument sur la table. »

Les sous-mariniers ne sont pas les seuls à voir la durée de leurs missions augmenter périodiquement, puisque l’ensemble des forces armées américaines doivent porter le fardeau de 2 guerres et de menaces qui évoluent. Un porte-parole de l’amiral a précisé qu’il était encore impossible de dire combien pourraient durer les missions des sous-marins parce qu’il y a de nombreux facteurs à prendre en compte.

Prolonger de façon permanente la durée des missions permettrait d’économiser des ressources parce que la Navy pourrait accomplir plus de missions avec le nombre de sous-marins nucléaires disponibles. Les sous-marins d’attaque peuvent aller dans n’importe quel endroit des mers et des océans pour recueillir des renseignements ou lancer des missiles. Mais c’est le voyage aller et retour vers leurs bases qui prend du temps.

La Navy a commencé à augmenter le rythme de construction de ses sous-marins cette année. Mais les difficultés budgétaires rendent incertains les achats futurs. Certains critiquent les sous-marins nucléaires, qu’ils considèrent comme de couteuses reliques d’une époque disparue. Pour le commandant des forces sous-marines, le vice-amiral Richardson, ils restent un élément indispensable de la stratégie de dissuasion nucléaire des Etats-Unis, et de la sécurité d’un pays dont la majeure partie du commerce passe par la mer.

Actuellement, la force sous-marine américaine ne peut répondre qu’à la moitié des demandes de mission. Selon l’amiral Richardson, les missions des sous-marins sont actuellement prolongées d’un mois ou plus pour répondre à des demandes, au cas par cas.

Comme la Navy doit faire face à une augmentation des demandes de mission et à des pressions pour limiter les budgets, il a expliqué que la force étudie aussi la possibilité de baser des sous-marins tout autour du globe pour réduire le temps de transit et fait pression sur les constructeurs pour réduire la durée de l’entretien.

Référence :

Washington Post (Etats-Unis)