L’ancien commandant du sous-marin nucléaire britannique Turbulent, accusé d’avoir provoqué la mort de 5 pêcheurs bretons lors du naufrage du Bugaled Breizh en 2004, a protesté de son innocence sur sa page Twitter.

Des proches de membres de l’équipage disparu ont déclaré à de nombreuses reprises que le chalutier breton avait été entraîné vers le fond par un sous-marin, au large du cap Lizard en janvier 2004.

Un exercice militaire, avec la participation de plusieurs pays, avait été lancé dans la région à l’époque, pendant que des bâtiments de l’OTAN participait à un exercice régulier, le "Thursday War".

Néanmoins, le ministère britannique de la défense a toujours maintenu qu’aucun sous-marin de la Royal Navy n’avait été impliqué dans la perte du chalutier, et qu’il avait pleinement coopéré avec tous les enquêteurs.

En juillet dernier, un avocat parisien a prétendu que le sous-marin nucléaire d’attaque britannique HMS Turbulent était responsable du naufrage et a accusé son ancien commandant et un ministre du Gouvernement britannique d’avoir menti à la police et au Parlement.

Dominique Tricaud, qui représente Thierry le Metayer qui a perdu son père Georges dans la tragédie, a demandé que le Commander Andy Coles, commandant du HMS Turbulent à cette époque, soit mis en examen et transféré en France pour y être interrogé.

Il apparait maintenant que le Cdr Coles a répondu aux articles de journaux sur sa page Twitter.

« Je dois avouer être quelque peu irrité par la presse qui s’intéresse avec constance à des faits dans lesquels je ne suis pas du tout impliqué, » a-t-il écrit.

Répondant à un autre commandant de sous-marin, il a ajouté plus tard : « La saga du chalutier français montre à nouveau sa tête, et je suis accusé d’avoir menti et d’avoir avoué. » A l’époque, M. Tricaud avait prétendu qu’un témoin avait entendu un message radio envoyé par le sous-marin peu après l’accident dans lequel il était dit que le sous-marin avait subi de dégâts et qu’il rentrait au port.

L’avocat a aussi prétendu avoir entendu un témoin français qui, prétend-il, a reçu la « confession » récente du Cdr Coles dans laquelle il aurait reconnu s’être pris dans le chalut du Bugaled.

Le ministère britannique de la défense avait qualifié ces déclarations de « totalement infondées ». Il avait ajouté : « Les accusations particulières que le Cdr Andy Colles, en tant que commandant du HMS Turbulent, aurait pu être impliqué dans son naufrage, sont infondées puisqu’il était à quai pendant toute la journée du 15 janvier 2004. »

Référence :

Western Morning News (Grande-Bretagne)