Les premières femmes sous-mariniers de l’US Navy ont atteint la fin de la 1ère partie de leur formation : l’école de l’énergie atomique. Elles devraient embarquer dès cet automne à bord de 4 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et de missiles de croisière, a annoncé lundi l’US Navy dans un communiqué.

Après avoir terminé avec succès leur formation à l’école de l’énergie atomique, 8 femmes devaient se présenter lundi matin à l’école de navigation sous-marine de Groton (Connecticut) pour y rejoindre un cours comportant aussi 74 hommes. C’est la première classe mixte de l’histoire de l’école. Après ce cours d’une durée de 10 semaines, elles entreront dans la phase suivante de leur formation, sur le prototype de réacteur nucléaire naval. Elles devraient embarquer à bord de leurs sous-marins en février 2012.

« Même si elles arrivent les premières à l’école de navigation sous-marine, elles embarqueront à bord de sous-marins en deuxième », a expliqué un porte-parole, qui a ajouté que, après avoir reçu leur formation à l’école de navigation sous-marine, elles devraient encore passer 6 mois sur le prototype de réacteur.

Il y a déjà 10 femmes qui se forment sur le prototype, et qui rejoindront l’école de formation sous-marine ensuite. Ce 2è groupe devrait rejoindre leurs affectations embarquées en novembre.

tous les officiers stagiaires subissent une formation en 3 parties : école de l’énergie atomique, formation sur le prototype de réacteur nucléaire et école de navigation sous-marine, mais l’ordre de passage par ces 2 dernières étapes n’est pas figé : il dépend des dates de cours et de la disponibilité, a expliqué le porte-parole. Il a aussi expliqué que les femmes, provenant de 3 cours de formation initiale, étaient entrées à des dates différentes dans l’US Navy.

Les sous-marins qui doivent recevoir des officiers féminins, sont les SNLE Wyoming et Maine, et les SSGN Georgia et Ohio. 3 officiers féminins (2 ingénieurs nucléaires et un commissaire).

Lorsque l’US Navy a annoncé l’ouverture des sous-marins au personnel féminin, en octobre dernier, 21 femmes avaient été retenues. Depuis, 2 ont quitté temporairement pour des études universitaires et une a été déclaré inapte médicalement.

Référence :

Navy Times (Etats-Unis)