Le commandant du sous-marin nucléaire britannique qui s’est échoué le mois dernier, suivait les ordres, a-t-on appris ce dimanche.

Le commandant du HMS Astute, le Commander Andy Coles, pourrait être traduit en court martiale après que son bâtiment se soit échoué sur un banc de galets au large de l’île écossaise de Skye.

Le tout nouveau sous-marin a ensuite été endommagé lorsqu’un remorqueur l’a ramené vers des eaux plus profondes.

Le Commander Coles a été rendu responsable de l’incident par certains, incident dont la facture pourrait s’élever à 8 millions £ (9,25 millions €).

Mais on a appris dimanche que des inspecteurs avaient ordonné au sous-marin de s’approcher de la côte pour qu’ils puissent monter à bord.

Des experts de l’équipe du Flag Officer Sea Training [1]
devaient effectuer une série de tests de l’Astute et de son équipage avant de décider s’il pouvait être déclaré prêt aux opérations. Une source haut placé au ministère de la défense a déclaré : “Ces équipes d’inspection sont toutes-puissantes. S’ils vous disent de sauter, vous sautez.

“Le Commander Coles a reçu l’ordre de se rapprocher de la côte pour récupérer l’équipe. Et ce n’est pas un ordre auquel un membre de la Royal Navy désobéirait. On en fait le bouc émissaire !”

Les détails de l’énorme facture des réparations ont été rendus publics quelques semaines seulement après que le gouvernement britannique ait annoncé d’importantes réductions budgétaires dans la défense.

Dimanche, une source du ministère de la défense a indiqué : “Ce qu’on pensait n’être au départ qu’une petite bosse va finir par couter une fortune, et embarrasse tout le monde. Le safran de la barre de plongée avant qui a été endommagé, est une pièce très couteuse qu’on ne peut pas obtenir auprès des Russes ou des Français, puisque la technologie que nous utilisons est top secret. Ces énormes panneaux doivent être recouverts par un matériau réfléchissant spécial, ce qui permet au sous-marin de présenter une discrétion sans précédent.”

Notes :

[1FOST : Titre de l’officier général responsable de l’entraînement de la flotte (équivalent de l’ancien ALENT) utilisé, par commodité, pour désigner les équipes qui en dépendent. Ces équipes ont normalement en charge la vérification de l’aptitude d’un équipage à conduire son bâtiment mais, dans le cas présent, l’équipe concernée avait plutôt la responsabilité de conduire une évaluation opérationnelle des capacités du sous-marin, ainsi que cela se fait sur tout bâtiment d’un nouveau type ... et dans toutes les marines."

Référence :

Sunday Express (Grande-Bretagne)