Officiellement, la chose est réglée définitivement depuis longtemps : il n’est pas prévu que les porte-avions britanniques soient équipés de catapultes et de brins d’arrêt, et ils seront équipés de 150 chasseurs F-35 à décollage court et atterrissage vertical.

Et pourtant, on apprenait fin juillet que la Royal Navy avait lancé le développement d’un système de catapultes électromagnétiques.

Et maintenant, des pilotes de la Royal Navy ont été envoyés aux Etats-Unis pour être formés sur des chasseurs lancés par des catapultes. Ceci pourrait être le signe que la Royal Navy aurait décidé d’acheter des chasseurs lancés par catapulte, moins chers, pour ses porte-avions.

Au cours des 9 dernières années, le coût estimé des F-35 a explosé, passant à 262 milliards £ (320 milliards €).

Le ministère britannique de la défense a confirmé qu’un groupe de 12 pilotes de la Royal Navy sera formé avec le Corps des Marines pendant les 8 prochaines années — y compris la formation sur des chasseurs F-18 (lancés par catapultes).

Il semble que, dans la cadre de sa revue de défense, le ministère envisage d’autres options et puisse acheter la version lancée par catapulte, moins chère, du F-35.

Le ministère a cependant démenti cette spéculation.

La date contractuelle pour prendre la décision finale sur le type de F-35 que la Royal Navy va acheter est fixée au début 2011.

BAE Systems, le constructeur des porte-avions, indique que ceux-ci n’ont pas besoin de modifications importantes pour être équipés de catapultes, puisqu’ils ont été conçus pour être flexibles.

Mais un porte-parole du ministère a démenti toute préférence pour la version lancée par catapulte du F-35.

Les porte-avions doivent entrer en service en 2016 et 2018

Référence :

Portsmouth News (Grande-Bretagne)