Dans un mauvais tour qui hérissera les cheveux de plus d’un administrateur-système, la Royal Navy a annoncé avec jubilation la fin de l’installation de son programme Submarine Command System Next Generation (SMCS NG).

Comme l’indique son nom, il s’agit d’un système de combat destiné aux sous-marins nucléaires du Royaume-Uni et il est basé sur … Windows XP.

Pourquoi ce choix ? Il semble qu’utiliser un système d’exploitation disponible massivement permettrait d’économiser quelques 33 millions de $ sur 10 ans, par rapport à un système dédié. L’installation du système permet aussi de ne pas perdre de temps puisqu’elle est suffisamment efficace : l’installation à bord du HMS Vigilant n’a pris que 18 jours du démontage du système précédent jusqu’à la mise en route du nouveau système.

Ceux qui pourraient être nerveux qu’un BSOD [1] (Blue Submarine of Death ?) ne provoque une catastrophe nucléaire, seront heureux d’apprendre que, si les ordinateurs font partie du système de gestion du sous-marin, ils seront seulement chargés des communications en réseau par LAN.

Mais les plus sceptiques craignent qu’un logiciel à code fermé comme Windows ne puisse contenir des faiblesses insérées volontairement par Microsoft ou la NSA.

Notes :

[1Blue screen of the death. L’écran bleu de la mort, qui indique que votre Windows vient probablement de planter. Il s’affiche suite à un crash en mode kernel (c’est-à-dire qu’une fonction ayant directement accès aux ressources systèmes, comme les drivers, l’a causé). Source : Alaide.com

Référence :

FayerWayer (Chili)