Le transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco devrait être désarmé à la fin du premier semestre par la Marine Nationale. Le Brésil a exprimé son intérêt pour son rachat. Mais dans l’hypothèse où la marine brésilienne ne donnerait pas suite, le TCD pourrait continuer à naviguer en Europe.

Selon un article publié le 24 décembre par le “Correio da Manhã”, la marine portugaise s’est rapprochée au 2è semestre 2014 de la marine nationale. Elle a été informée que, après son désarmement, le Siroco serait mis en vente pour 80 millions €, soit 30% de plus que le prix demandé en 2011 pour la Foudre, le frère jumeau du Siroco, à la marine chilienne.

L’achat du Siroco permettrait à la marine portugaise d’économiser près de 500 millions $, le cout de la construction au Portugal de ce qu’elle appelle des “navires polyvalents logistiques”, dont les spécifications et les plans préliminaires techniques sont prêts. Le concept du projet est fortement orienté vers les opérations amphibies : le navire doit pouvoir embarquer des hélicoptères de taille moyenne, avec la possibilité d’embarquer un bataillon de fusiliers-marins.

Le problème est que la marine du Portugal donne la priorité à la rénovation de sa flottille de sous-marins. Le gouvernement de Lisbonne a accepté de payer 973 millions € sur 20 ans pour la construction de 2 nouveaux sous-marins type U-209PN.

Cette décision a obligé la marine brésilienne à annuler des investissements relativement peu importants, comme les 133 millions € qui seraient nécessaires pour la construction de 2 patrouilleurs type Vianna do Castelo.

Référence :

Poder Naval (Brésil)