Les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins chinois peuvent effectuer des patrouilles opérationnelles autour des îles du “2è Collier de Perles”, selon l’expert militaire Li Li dans un entretien au Quotidien du Peuple.

Les îles du “2è Collier de Perles s’étendent depuis Honshu au sud de l’archipel japonais jusqu’à la Nouvelle-Guinée.

Seuls quelques pays dans le monde peuvent construire des SNLE en raison de la difficulté, explique Li. Des réacteurs nucléaires plus gros peuvent être embarqués sur des navires de surface, mais pas à bord de sous-marins. La plupart des pays ne peuvent pas construire un réacteur nucléaire correctement dimensionné pour leurs sous-marin.

La marine chinoise est parvenue à résoudre tous ces problèmes importants au cours des années. Les premiers sous-marins chinois, conçus pendant la Guerre Froide, étaient petits, bruyants et d’une faible autonomie. Les nouveaux sous-marins chinois, du Type 094 classe Jin, sont capables d’atteindre les îles du “2è Collier de Perles”. Ils sont équipés de 16 missiles JL-2 dont la portée dépasse 8.000 km.

Le missile JL-2 pourrait frapper Los Angeles depuis une zone de patrouille située à l’est des îles Kouriles, dans le Pacifique Nord. Lancés depuis la mer de Chine Orientale, le missile JL-2 peut atteindre Guam, Hawaï et l’Alaska. Le missile balistique JL-2 peut aussi être équipé d’une tête nucléaire, constituant une menace considérable pour la sécurité nationale des Etats-Unis.

Référence :

China Times (Taïwan)