Pour la première fois, un système de sauvetage russe s’est accroché mercredi à un sous-marin de l’OTAN lors d’un exercice au large de la Norvège.

"Un événement historique s’est produit mercredi parce que, pour la première fois, un système de sauvetage russe, l’AS-34, s’est accroché à un sous-marin de l’OTAN," a annoncé un porte-parole de l’exercice, le Lt Cdr Susan Lloyd, de la Royal Navy, par téléphone depuis la Norvège.

"Ça a été un succès — l’équipage du système russe a ouvert le sas du sous-marin norvégien, l’Uthaug, et effectué le premier transfert de personnel entre un système de sauvetage russe et un sous-marin étranger."

L’exercice de secours et de sauvetage de sous-marins "Bold Monarch ’08" se déroule dans le nord du Skagerrak, le détroit qui sépare la Norvège et la péninsule danoise du Jutland, le long de la côte sud de la Suède.

Israël et l’Ukraine participent aussi à l’exercice qui se déroule jusqu’au 6 juin.

En 2000, des torpilles avaient explosé à bord du Koursk, un des sous-marins russes les plus modernes, qui avait coulé en mer de Barents. Les tentatives désordonnées russes pour secourir les sous-mariniers avaient choqué le public russe. Il n’y avait eu aucun survivant à bord du Koursk.

En 2005, la marine russe avait lancé le sauvetage de 7 sous-mariniers bloqués dans le Pacifique et c’est la Royal Navy qui était venue effectuer le sauvetage avec un mini-sous-marin.

"Aujourd’hui tout a marché sans un seul problème," a déclaré depuis Moscou un porte-parole de la marine russe.

Le ministère russe de la défense a indiqué que plusieurs représentants de l’OTAN se trouvaient à bord du système russe pendant l’exercice.

L’exercice de sauvetage et de secours et mercredi est sans précédent pour la RUssie. Lloyd a expliqué que cet exercice est organisé tous les 4 ans par l’OTAN.

"Nous devons aller de l’avant et réaliser que la bonne chose est que la Russe se joint à d’autres nations utilisant des sous-marins pour avoir des procédures communes de sauvetage," a-t-elle déclaré.

"C’est très bien, très positif que la Russie participe."

Référence :

International Herald Tribune (France)