L’attention internationale sur le Grand Nord et l’activité accrue de la Marine Russe dans la région a conduit la Défense Norvégienne àdéplacer plus de sous-marins vers la mer de Barentz. Dans un reportage de la chaîne NRK, des sous-mariniers Norvégiens parlent d’opérations de renseignement contre des navires Russes.

Au cours des derniers mois, des bâtiments Russes ont opéré au large des côtes Norvégiennes, et les autorités Norvégiennes ont maintenant demandé des explications à la Russie.

Un sous-marin Norvégien de la classe Ula
© Marine Norvégienne

Après une décennie de faible activité dans la mer de Barentz, la zone redevient une région cruciale pour les puissances maritimes. Dans un reportage de la chaîne Norvégienne NRK diffusé ce samedi, des responsables de la Marine Norvégienne ont confirmé que des navires Russes avaient augmenté leurs activités le long des côtes Norvégiennes au cours des derniers mois, et que le sonar actif avait été utilisé contre des sous-marins Norvégiens [1].

L’offensive Russe a donc conduit les sous-marins Norvégiens à accroître leurs activités dans la région, indique NRK.

Le commandant des forces sous-marines Norvégiennes, Erik Bøe, explique que la Marine Norvégienne augmente sa présence dans le Grand Nord pour respecter la politique du gouvernement. Il confirme aussi que les sous-marins coopèrent étroitement avec les services Norvégiens de renseignement, ainsi qu’avec les unités d’opérations spéciales.

Le vice-ministre Norvégien de la défense, Espen Barth Eide, a déclaré à NRK que le gouvernement utiliserait plus de ressources pour mieux surveiller les activités Russes. Dans le même temps, les autorités Norvégiennes ont demandé à la Russie d’expliquer l’augmentation de leurs activités dans la région.

La Norvège possède 6 sous-marins de la classe Ula.

Notes :

[1NdT : Pour un sous-marin, utiliser son sonar actif contre un sous-marin d’un autre pays, en dehors des exercices, est considéré comme une agression, le dernier pas avant le lancement d’une arme.

Référence :

Barents Observer (Russie)