Un détachement de Rafale de la Marine Nationale, soit une dizaine de chasseurs de l’aéronavale, s’entraîne pendant 2 semaines au « Touch down » sur la piste de la BA 125, avant d’aller apponter en réel sur le porte-avions Charles de Gaulle. Ces manœuvres d’atterrissage et de redécollage sont les plus bruyantes pour cet appareil déjà très sonore et nécessitent aussi beaucoup de précision, nous a confié un pilote : " un peu comme venir attraper un filet de tennis sans toucher la clôture entourant le terrain..."

Retrouvez l’article sur le site du journal.

Référence :

Maritima