Un député du Vanuatu a critiqué les responsables des affaires étrangères pour avoir refusé l’escale d’un navire de la marine française, affirmant que l’incident prive certaines îles périphériques d’un développement indispensable.

Cette semaine, le bâtiment de soutien D’Entrecasteaux n’a pas été autorisé à mouiller devant l’île d’Aneityum.

Le député de Tafea, Tomker Netvunei, a critiqué le refus de cette escale par un responsable des affaires étrangères et par voie de conséquence la livraison de matériaux de construction pour un complexe de salles de classe pour l’école secondaire Teruja et une clinique médicale à Aneityum.

Selon le quotidien The Daily Post, M. Netvunei a déclaré que le problème “Matthew et Hunter” ne pouvait pas être utilisé comme un outil de négociation dans lequel l’aide pourrait être menacée.

Les élèves et les enseignants de l’école s’étaient préparés au projet et utilisent actuellement des abris de fortune comme salles de classe après avoir ouvert la voie aux travaux de rénovation dans le cadre de l’opération Castor.

L'analyse de la rédaction :

Les îles Matthew et Hunter sont 2 îles volcaniques inhabitées, situées entre la Nouvelle-Calédonie et l’archipel du Vanuatu. La France en a pris possession en 1929. Elles ont été rattachées à la Nouvelle-Calédonie en 1976, avant l’indépendance du Vanuatu en 1980.

Elles sont revendiquées par les 2 pays, principalement à cause de l’étendue de leur zone économique exclusive.

Référence :

Radio New Zealand (Nouvelle-Zélande)