L’Améthyste était arrivé à Halifax le 5 octobre et devait repartir jeudi dernier. Mais ce départ a été annulé en raison des mauvaises conditions météorologiques, de même qu’une autre tentative d’appareillage vendredi après-midi. Les restes de l’ouragan Michaël rendent tout départ trop dangereux.

« Les autorités du port ont décidé de leur demander de rester en raison des conditions météo, » explique le colonel Bertrand Cadour, attaché militaire de l’Ambassade de France à Ottawa.

« Nous avons essayé. Mais la décision a été prise par les autorités du port parce qu’il aurait été trop dangereux de faire débarquer le pilote une fois sorti. Donc la prochaine fenêtre, vu les prévisions, sera dimanche. »

Le retard n’est pas lié à un problème mécanique à bord du sous-marin, insiste le colonel Cadour. « Ce n’est pas un problème mécanique du tout. Donc il n’y a pas à s’inquiéter. Tout va bien avec le sous-marin. » La mer devrait être très forte pendant le passage de la tempête tropicale Michaël le long des côtes Atlantique.

« Nous avons essayé de les faire appareiller dès que possible. Mais nous sommes dépendants de l’autorisation des autorités canadiennes. Nous n’allons pas aller contre la décision de personnes qui connaissent mieux la situation mieux que nous. »

Le problème réside dans le transfert du pilote depuis le sous-marin vers la pilotine par mer très agitée, explique le porte-parole de la marine royale canadienne, le Maj. Mark Gough. Les vagues à l’extérieur du port devraient mesurer de 4 à 6 mètres de haut pendant les prochains jours, ajoute-t-il.

Référence :

The Chronicle Herald (Canada)