Un nouveau rapport publié le mois dernier par l’US Navy soulève des questions sur les nouvelles technologies devant être utilisées sur le porte-avions USS Ford et leur capacité à pouvoir lancer les avions.

Le porte-avions Gerald R. Ford doit embarquer pour la première fois un nouveau système pour lancer les avions, l’Electromagnetic Aircraft Launch System (EMALS), à la place des traditionnelles catapultes à vapeur.

Mais un rapport publié en janvier par le département d’essai des armes avertit que le système, et d’autres, pourrait ne pas être prêts au combat.

« Une fiabilité faible ou inconnue des catapultes, des brins d’arrêt, des ascenseurs pour munitions, et des radars, conçus nouvellement pour le nouveau porte-avions, pourrait affecter la capacité du porte-avions à effectuer des sorties aériennes, rendant le navire plus vulnérable aux attaques, ou créant des limitations lors d’opérations de routine, » explique le rapport du directeur des essais et évaluations opérationnelles.

La fiabilité incertaine de ces systèmes constitue le plus gros risque pour le nouveau porte-avions, le plus couteux et le plus technologique jamais construit.

« Selon les estimations de fiabilité actuelles, le porte-avions sera probablement incapable de mener des opérations de combat de haute intensité en temps de guerre, » avertit le rapport.

Alors que les nouvelles technologies embarquées sur le Ford étaient destinées à réduire l’équipage, le rapport avertit que les estimations de charge de travail nécessités par les nouvelles technologies ne sont pas encore bien maitrisées.

Le porte-avions est conçu pour accueillir jusqu’à 4.600 membres d’équipage. Mais les estimations montrent que le Ford devra accueillir en 4.656 et 4.758 marins, avec les escadrilles, les états-majors embarqués et les détachements.

Référence :

Navy Times (Etats-Unis)