Le patrouilleur polaire l’Astrolabe a été pris en charge par la Marine Nationale lors d’une cérémonie qui s’est déroulée lundi 11 septembre, à la Réunion.

Baptisé le 12 juillet dernier à Concarneau, le patrouilleur polaire L’Astrolabe a été pris en charge par la Marine nationale lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 11 septembre à Port des Galets (La Réunion). L’Astrolabe succède au patrouilleur austral L’Albatros, et son arrivée s’inscrit dans la logique de renouvellement des moyens outre-mer.

L’Astrolabe est le fruit d’une coopération innovante : ce navire brise-glace a été construit dans le cadre d’un partenariat entre, d’une part, la collectivité des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) et l’Institut polaire français (IPEV), et, d’autre part, la Marine nationale. Ce partenariat novateur permet une optimisation des coûts et des ressources. Ainsi, L’Astrolabe est armé en permanence par des équipages de la Marine nationale mais son activité est répartie entre des missions militaires et des missions au profit de l’Institut polaire français IPEV et des TAAF.

En effet, il effectuera deux types de missions :
- Des missions de soutien à la logistique antarctique (MSLA) : il s’agit de missions de transport de fret et de passagers entre l’Australie et la base scientifique française en Terre Adélie pendant l’été austral, au profit de l’Institut polaire français IPEV et des TAAF. Avec L’Astrolabe, la Marine acquiert une compétence nouvelle, la navigation dans les glaces. Les équipages du bâtiment ont reçu une formation spécifique depuis le début de l’année 2017.
- Des missions militaires de souveraineté dans le sud de l’océan Indien, à partir de la Réunion, et en particulier dans les zones économiques exclusives des TAAF.

Avec l’arrivée de L’Astrolabe et du bâtiment multi-missions Champlain en juin dernier, les forces armées dans la zone sud de l’océan Indien disposent désormais de cinq bâtiments de la Marine nationale pour assurer leurs missions.

Les principales caractéristiques de L’Astrolabe

- Bâtiment logistique et de patrouille, il sera classé " brise-glace IB5", c’est à dire apte à naviguer dans une glace de 70 centimètres d’épaisseur environ, avec possibilité de pratiquer le « ramming » qui consiste à utiliser le poids et l’inertie du navire.
- Longueur : 72 m,
- Largeur : 16 m,
- Tonnage (DCC) : 4 000 tonnes,
- Capacité d’emport Fret : 1 200 tonnes,
- Vitesse : 14 nœuds,
- Equipement pont : 1 plate-forme hélicoptère,
- Equipage : jusqu’à 60 personnes.

Source : Marine Nationale